Un temps tombé dans l’oubli et dans le déshonneur, Dar el Bacha est l’un des plus beaux palais de Marrakech. Peut-être même le plus beaux ouvert à la visite. Un café pour Instagram, un musée de l’artisanat du bois et une exposition d’art en plus du cadre somptueux rendent la visite aussi agréable que nécessaire.

Palais Dar Pacha dans la Médina de Marrakech.
Palais Dar Pacha dans la Médina de Marrakech.

Le palais de Dar El Bacha se trouve au centre-ouest de la Médina de Marrakech.

Dar El Bacha est une demeure seigneuriale construite dans les années 1910 par Thami El Glaoui, l’homme fort du Protectorat français au Maroc jusqu’à sa mort en 1956.

Depuis juillet 2015, le bâtiment est sous la gestion de la Fondation Nationale des Musées et a été transformé en un musée connu sous le nom de Musée des Confluences.

Son objectif principal est de présenter et de témoigner de l’identité du Maroc à travers les différentes contributions culturelles et patrimoniales, matérielles et immatérielles.

Un élégant café avec une petite capacité d’accueil suscite un intérêt important et demande parfois plusieurs heures d’attente… Si vous vous décidez à visiter le palais, vous pourrez jeter un oeil à l’intérieur du café sans vous y arrêter.

Dans le Palais Dar Pacha de Marrakech.
Dans le Palais Dar Pacha de Marrakech.
Vue sur le jardin de la cour du Palais Dar Pacha de Marrakech.
Vue sur le jardin de la cour du Palais Dar Pacha de Marrakech.

Illustre palais du Pacha de Marrakech

Le palais prend la forme d’un riad, avec un magnifique jardin au centre, planté d’agrumes, de figuiers et de palmiers.

Le début du 20e siècle voit la fusion entre les traditions locales et les influences extérieures. L’architecture du palais présente un mariage habile de techniques artisanales marocaines et d’éléments décoratifs inspirés, entre autres, de l’Italie.

Cela se remarque dans les façades des portes et des fenêtres, ainsi que dans le système de chauffage central intégré dans les chambres.

L’ensemble du décor se distingue par sa finesse et son harmonie exceptionnelle : les zelliges et les plafonds en bois sculpté illustrent la richesse et la subtilité des styles décoratifs marocains. De plus, les systèmes d’alimentation et d’évacuation des eaux, ainsi que le système de chauffage du hammam, démontrent l’ingéniosité des artisans marocains.

Un autre célèbre palais de Thami El Glaoui est la Casbah de Telouet dans les montagnes de l’Atlas.

Colonne sculptée dans le Palais Dar Pacha de Marrakech.
Colonne sculptée dans le Palais Dar Pacha de Marrakech.
Zellige original au Palais de Dar Pacha.
Zellige original au Palais de Dar Pacha.

Musée des Confluences

Le Palais Dar el Pacha propose une exposition permanente dédiée à l’artisanat du bois et une exposition temporaire dédiée lors de mon dernier passage à une artiste affiliée à l’école de la peinture naïve : Fatna Gbouri.

Le musée comprend également des bijoux, des poteries et céramiques, des armes, des tapis et tissages et quelques pièces archéologiques.

Musée de l’artisanat du bois

Ce musée présente de manière instruite et complète les différents aspects de l’artisanat du bois au Maroc : Essence, histoire, savoir-faire, symboles, techniques, processus de conception, outils…

Le lieu fait écho au plus beau musée de Fès : le Fondouk Nejjarine.

Forêt et biodiversité au Maroc

Les forêts couvrent près de 9% du Maroc (4,8 millions d’hectares) et se caractérisent par une biodiversité importante. Plusieurs essences d’arbres sont destinées à un usage spécifique :

  • Le cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica) se retrouve dans les montagnes du Moyen Atlas, autour de Fès, Azrou et Khénifra. Connu pour sa résistance et son parfum caractéristique, le cèdre sert à la fabrication des portes, des meubles et des plafonds.
  • Le chêne-liège (Quercus suber) couvrent les régions du Rif et du Moyen Atlas. Le liège permet la fabrication des revêtements de sol et d’isolants. Cet arbre préserve de l’érosion les sols.
  • L’arganier (Argania spinosa) est un arbre endémique dans le sud du pays. Il résiste aux conditions climatiques difficiles. L’ huile d’argan est extrait de ses fruits.
  • Le noyer (juglans) est connue pour sa résistance et sa couleur prisée dans la fabrication de meubles. On le retrouve dans l’Atlas.
  • et autres : Cèdre, sapin, genévriers, thuya, cyprès de l’Atlas, pins, chêne vert, acacias sahariens, tamarix, matorral, alfa…
Porte en bois de la collection ethnographique du Palais Dar Pacha de Marrakech.
Porte en bois de la collection ethnographique du Palais Dar Pacha de Marrakech.
Porte en bois de la collection ethnographique du Palais Dar Pacha de Marrakech.
Porte en bois de la collection ethnographique du Palais Dar Pacha de Marrakech.

Histoire de l’artisanat du bois au Maroc

A travers l’histoire et les différentes dynasties ayant règné sur Marrakech et sur le pays des subtilités apparaissent dans le travail du bois.

L’art almoravide, datant du 11e au milieu du 12e siècle, est fortement influencé par les traditions andalouses. Ali Ibn Yusuf a introduit au Maroc l’art hispano-mauresque, caractérisé par ses formes géométriques, épigraphiques et florales.

Pendant la période almohade, qui s’étend du milieu du 12e siècle au milieu du 13e siècle, l’art se distingue par sa grandeur et sa piété, illustrée par des constructions imposantes telles que la Koutoubia à Marrakech, la mosquée Hassan à Rabat ou la Giralda à Séville. Une caractéristique de l’architecture almohade est l’utilisation de versets coraniques en caractères coufiques.

La période mérinide, du milieu du 13e siècle au 15e siècle, est marquée par une profusion artistique, soutenue par l’action intellectuelle du pouvoir. L’utilisation répandue du bois de cèdre constitue l’innovation majeure de cette période.

Ce style s’étend au-delà de l’époque saadienne, du 16e au 17e siècle, jusqu’au au début de l’époque alaouite (dynastie règnante actuelle). La continuité s’observe notamment à Fès dans le travail du bois sculpté.

Au 19e siècle, la peinture sur bois devient prédominante sur la sculpture dans les palais.

Savoir faire et spécificités régionales

Le travail du bois s’exprime à travers le Maroc selon différentes techniques : bois peint, tourné, sculpté, gravé ou encore incrusté.

Des spécificités régionales existent :

  • Tétouan, Salé et Meknès sont renommées pour la peinture sur bois,
  • Les artisans de Fès sont bien connus pour leur habileté à sculpter tous types de structures avec du bois de cèdre,
  • A Essaouira, la spécialités de la ville sont la marqueterie et les incrustations sur bois et l’utilisation du bois de thuya.

Signes et symboles

Trois registres décoratifs se retrouvent dans le travail du bois. Ils sont tous non-figuratifs et issus des influences amazighes, juives, andalouses et arabo-musulmanes du pays.

  • La géométrie évoque une vision harmonieuse et équilibrée du monde.
  • Les motifs floraux célèbrent la nature, l’abondance et la fertilité.
  • La calligraphie arabe exprime les valeurs spirituelles et religieuses.

Expo de Gbouri Fatna

Gbouri Fatna est une figure emblématique de la peinture marocaine.

Née en 1924 à Tnine Gharbia, elle a commencé à peindre en autodidacte à l’âge de 58 ans. Fatna Gbouri s’inscrit dans le courant d’art désigné comme l’art Post-Brut.

Son style artistique est principalement figuratif et naïf, caractérisé par une utilisation des couleurs vives et une joie de vie débordante et communicative.

Elle capture dans ses oeuvres les célébrations et des coutumes locales : scènes rurales de mariage, de naissance…

Expo de la peintre naïve Fatna Gbouri au Palais Dar Pacha à Marrakech.
Expo de la peintre naïve Fatna Gbouri au Palais Dar Pacha à Marrakech.
Expo de la peintre naïve Fatna Gbouri au Palais Dar Pacha à Marrakech.
Expo de la peintre naïve Fatna Gbouri au Palais Dar Pacha à Marrakech.
Expo de la peintre naïve Fatna Gbouri au Palais Dar Pacha à Marrakech.
Expo de la peintre naïve Fatna Gbouri au Palais Dar Pacha à Marrakech.
Expo de la peintre naïve Fatna Gbouri au Palais Dar Pacha à Marrakech.
Expo de la peintre naïve Fatna Gbouri au Palais Dar Pacha à Marrakech.

Informations pratiques du palais Dar Pacha de Marrakech

Le palais de Dar El Bacha se trouve au centre-ouest de la Médina de Marrakech.

Adresse : Derb El Bahia, Riad Zitoun Jdid, Marrakech, Maroc.

Horaires d’ouverture : Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Fermé lundi.

Prix d’entrée (tarif en 2024) : 60 dhs pour les étrangers. 25 dhs pour les nationaux. 15 dhs pour les moins de 18 ans.

Site officiel : https://fnm.ma/musees-ouverts/musee-des-confluences-dar-el-bacha/

Carte de Marrakech : Lieux du guide touristique

Retrouvez tous les lieux du guide à visiter sur la carte de Marrakech (Maroc) : Hôtels et hébergements selon votre budget, monuments incontournables, musées essentiels, jardins et piscines magiques, où sortir, shopping…

Bon plan ! Vous pouvez télécharger gratuitement la carte pour une utilisation hors connexion.

Où dormir à Marrakech au Maroc en 2024 ? Sélections d’hébergements jolis, centraux ou pas chers

 

Pour séjourner à Marrakech (Maroc), voici nos suggestions d’hébergements en fonction de votre budget :

Auberges de jeunesse à Marrakech à partir de… 6 euros
Hotels pas chers de Marrakech à partir de 67 euros
Hotels de luxe à Marrakech à partir de 143 euros et autour de Marrakech

Booking.com

You are currently viewing Palais Dar el Bacha : Musée des confluences de Marrakech
Palais Dar Pacha dans la Médina de Marrakech.

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher sur ce site Type then hit enter to search