Powiśle & Mariensztat, quartiers méconnus et étudiants

Le quartier de Powiśle, qui veut littéralement dire « bord de Vistule », est souvent occulté par le touriste pressé. Une fois sorti de la Vieille Ville, ce dernier se précipite sur la Voie Royale, délaissant un quartier méconnu qui a pourtant de nombreuses choses à offrir.


> Quartier de Mariensztat à l’Automne.

 

La Vieille Ville de Varsovie est construite sur un escarpement surplombant la Vistule, et c’est en contre-bas, le long du fleuve, que s’étire Powiśle.

Du nord au sud, vous trouverez le petit quartier de Mariensztat et son côté village urbain, le quartier étudiant de Powiśle, ainsi que les monuments à la gloiredu réalisme socialiste à Solec.

 

Carte de Powisle à Varsovie
> Carte de Powisle à Varsovie.

 

Mariensztat, quartier de poche

En se dirigeant vers Krakowskie Przedmieście depuis la Place du Château, juste après le pont routier se cache un petit escalier qui descend l’escarpement sur lequel trône la Varsovie royale, et vous emmène vers les anciens bas-fonds de la ville. Le quartier est également accessible par la ulica Bednarska, petite ruelle en pente aux façades pastel joliment agencées en escaliers.

 


> Ulica Debnarska en hiver – Photo de Aga Hus

 

L’origine du quartier remonte au 18ème siècle, quand le noble local Eugène Potocki se fit attribuer ses terres en guise de dot pour son mariage avec une certaine Marie. En l’honneur de sa femme, il baptisa le quartier Maryenstadt, rajoutant le suffixe « stadt » pour faire plaisir au roi Saxon de Pologne de l’époque. L’écriture a depuis été polonisée, mais la prononciation reste la même.

 


> Transport de sables sur la Vistule, tableau de Gierymski (1887).

 


> Pente de Mariensztat à Varsovie
dans les années 30.

 

Mariensztat devint au fil des décennies un quartier populaire, célèbre pour ses maisons closes et ses combats de boxe à poings nus. Complétement rasé par les allemands durant le Seconde Guerre Mondiale, le quartier de Mariensztat a été le premier complexe résidentiel reconstruit après le conflit, inauguré en 1949.

Aujourd’hui, le quartier ne ressemble qu’assez peu au Mariensztat originel, bien que quelques façades d’immeuble aient été conservées. Le quartier étant assez photogénique, il n’est pas surprenant qu’il ait été utilisé comme outil de propagande pour valoriser les efforts stakhanovistes des Varsoviens.

 


> « Przygoda na Mariensztat » (1953) : Sur la reconstruction du quartier, premier long métrage polonais en couleur d’après guerre. .

 

Ce minuscule quartier – seulement quelques pâtés de maison – est pourtant tout à fait unique à Varsovie. Avec sa petite place de marché calme et arborée, ses espaces verts ainsi que ses maisons à arcades (ulica Sowia et Mariensztat), il est le reflet d’une vision humaine de l’urbanisme. Un urbanisme qui privilégie les constructions basses, une harmonie architecturale, des squares et un espace piéton qui invite à l’autre sous l’intimité des arcades.

 

Statue de Barbara Zbrożyna d'une marchande avec une poule
> Statue de Barbara Zbrożyna d’une marchande avec une poule.

 

Malheureusement, cette philosophie sera bien trop vite abandonnée par les autorités communistes, comme peuvent en témoigner les quartiers voisins de Powiśle ou Solec.

 

Fresque décatie de Varsovie
> Fresque réaliste-socialiste (?) décatie.

Powiśle, le quartier de la fac de Varsovie

Le quartier de Powiśle à proprement parler est, à l’origine, un quartier portuaire, industriel et résidentiel tout en un, peuplé par les classes les plus modestes de la ville. Lui aussi entièrement rasé durant la guerre, il n’a pas bénéficié de la même philosophie urbanistique que Mariensztat.

 

Gare et café de Powisle à Varsovie
> Gare et café de Powisle à Varsovie.

 

Les immeubles de béton sans âme construits dans les années 50 laissent aujourd’hui la place à des appartements modernes, mais également à une sorte d’invasion universitaire. Ce quartier se situe directement en contre-bas de l’Université de Varsovie. Ainsi, lorsque le campus originel du 19ème siècle a commencé à être trop petit, l’université s’est déversée vers les bords de la Vistule, amenant une nouvelle vie au quartier grâce aux deux passe-temps favoris des étudiants : boire du café la journée et boire de la bière la nuit (l’inverse est également possible).

 

Street art à Powisle : Sauvons la santé, sauvons l'environnement - Photo de aNdrzej cH.
> Street art à Powisle : Sauvons la santé, sauvons le climat – Photo de aNdrzej cH.

 

Le symbole de se déversement est sans aucun doute la Bibliothèque de l’Université de Varsovie, ouverte en 1999 (ul. Dobra 55/66). J’avoue avoir un coup de cœur particulier pour cet édifice, qui marie la fonctionnalité, l’esthétique et la technologie, tout en intégrant magnifiquement les végétaux en tant que partie intégrante de l’architecture. L’utilisation du cuivre oxydé et de plantes vertes débordant de l’intérieur comme de l’extérieur donnent un effet saisissant. Le bâtiment me donne surtout envie d’être étudiant à nouveau, et de pouvoir légitimement perdre mon temps dans la bibliothèque.

 

Bibliotheque de la fac de Varsovie
> Bibliotheque de la fac de Varsovie.

 

Le véritable bijou de la Bibliothèque est le jardin botanique sur son toit, d’une taille d’un hectare, en faisant l’un des plus grands jardins suspendus d’Europe. Un endroit magique, libre d’accès, pour se sentir dépaysé et profiter du soleil en contemplant la vue.

 


> Jardin sur le toit de l’Université de Varsovie.

 

Solec, un bout d’architecture des années 50/60

Le quartier de Solec est le prolongement sud de Powiśle. Sans véritable intérêt, ce quartier est de ceux que l’on traverse lorsqu’on va quelque part, parfois d’un pas rapide lorsque tombe la nuit.

 

Affiche pour un marche de jeux videos à Solec
> Affiche pour un marche de jouet, jeux et jeux videos à Solec – Photo de Gravika.

 

C’est un quartier résidentiel, avec des constructions assez typiques des années 50 et 60 : ternes et sans relief. Le quartier a néanmoins le mérite d’être assez boisé.

Au sud de Solec, entre les ponts Poniatowski et Lazienkowski, vous trouverez deux exemples de modernisme d’après-guerre, avec deux « blokowiska » – des ensembles d’immeubles, des cités à la polonaise – célèbres et architecturalement significatifs : Ludna et Torwar. Pour en savoir plus rendez-vous sur un site dédié à l’architecture moderniste d’après guerre à Varsovie.

 


> Plan de construction du quartier de Ludna à Varsovie.

 

Tout près se trouve également le Port Czerniakowski, récemment réhabilité pour les piétons, et la seule plage de la rive gauche de la Vistule.

 


> Neon du port Czerniakowski à Varsovie.

 

 

 

 

 

 

Plus de Quartiers de Varsovie

2 réponses

  1. Seb dit :

    Bonjour,

    Resumer le quartier de Solec a une architecture des annees 50/60, c’est pour moi aller un peu vite en besogne…
    Vous semblez faire l’impasse sur les rues Rozbrat, Śniegocka, Szara, 3 maja… qui comportent de nombreaux exemples d’architecture des annees 20/30 ainsi que la « Kolonia Profesorska » (rues Górnośląska et Hoene Wrońskiego) et ses imposantes maisons d’architectes construites dans la fin des annees 20. La rue Profesorska traversant la colonie en son coeur avec ses escaliers est l’une des ruelles les plus romantiques de la ville et rappelle un peu Montmartre a Paris.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *