La Fabrique royale de Tabac de Séville est une imposante manufacture où des milliers d’hommes et de femmes ont travaillé pendant 200 ans.  Aujourd’hui le batiment est occupée par l’université de la ville. Le nom de la plus célèbre des ouvrières a traversé l’histoire grâce à Mérimée et Bizet.

 

Ancienne manufacture de Séville, aujourd'hui le rectorat de l'Université. Photo de Anual
> Ancienne manufacture de Séville, aujourd’hui le rectorat de l’Université. Photo de Anual

 

 

La Manufacture de tabac se trouve dans le quartier de Sur à la limite de la Vieille Ville de Séville et à deux pas du parc Maria Luisa et 

 

 

Histoire de la manufacture des tabacs à Séville

 

Dans le courant du 17ème siècle, la production de tabac est en plein essor à Séville. La plante « miraculeuse » du nouveau monde commence à avoir ces adeptes. À cette époque, de nombreuses fabriques sont implantées sur le site d’un ancien entrepôt. La demande ne cessant de croître, on se met en quête d’un nouvel espace plus adapté. Un terrain est acheté et le projet est lancé.

C’est en 1728 que commencent les travaux de construction dirigés par Ignacio de Sala. Le chantier est interrompu pendant plusieurs années avant de reprendre sous la direction de Sébastien Van der Borcht qui apportera au projet des idées novatrices.

L’édifice est inauguré en 1757 mais ne sera entièrement achevé que des années plus tard. A l’époque, l’âge d’or de Séville est derrière lui. L’ensablement du Guadalquivir a eu pour conséquence la mort du port de Séville, l’émergence de Cadiz avec son accès direct à la mer.

En provenance des colonies, le tabac est d’abord séché puis moulu avant d’être affiné. Dès la fin du 18ème siècle, la manufacture diversifie sa production.

 

 

Illustration de Gustave Doré de la manufacture de tabac à Séville (1874).
> Illustration de Gustave Doré de la manufacture de tabac à Séville (1874).
Ouvrières de la manufacture de tabac de Séville - Tableau de Gonzalo Bilbao
> Ouvrières de la manufacture de tabac de Séville – Tableau de Gonzalo Bilbao

 

 

Au début du 19ème siècle, des femmes sont engagées pour fabriquer des cigares. Leur nombre ne cessera d’augmenter pour atteindre plusieurs milliers en 1880.

L’une d’entre elles a sans doute inspiré Prosper Mérimée pour écrire sa nouvelle, Carmen, qui sera adaptée à l’opéra par Georges Bizet. Une histoire de femme fatale pécheresse et de jalousie masculine tragique. Tragique, mais surtout pour Carmen cela va sans dire.

 

 

Illustration de l'opéra de Carmen de Bizet (1875).
> Illustration de l’opéra de Carmen de Bizet (1875).

 

 

Le déclin de la manufacture de tabacs

 

 

Au début du 20ème siècle, la mécanisation réduit peu à peu le nombre d’employés et en 1950, la fabrique ferme définitivement ses portes. Elle subira quelques transformations pour accueillir les services administratifs de l’université de Séville à partir de 1954.

Le bâtiment reflète l’influence de plusieurs courants architecturaux allant du style militaire au baroque en passant par l’inspiration renaissance.

 

 

 

Patio de la manufacture de tabac de Séville.
> Patio de la manufacture de tabac de Séville.
Patio de la manufacture de tabac de Séville - Photo de José Luis Filpo Cabana
> Patio de la manufacture de tabac de Séville – Photo de José Luis Filpo Cabana
A l'intérieur de la manufacture de tabac de Séville.
> A l’intérieur de la manufacture de tabac de Séville.

 

 

De nombreux patios et galeries agrémentent l’édifice et lui donnent du caractère tandis que des jardins entourent le bâtiment. Un grand portail de style baroque est situé devant la façade principale. Réalisé en fer forgé, il est surmonté d’une statue de la Renommée qui est aujourd’hui l’emblème de l’université.

De nombreuses sculptures d’illustres personnages décorent les lieux.

 

 

Informations pratiques sur la manufacture royale des tabacs à Séville

 

La Manufacture de tabac se trouve dans le quartier de Sur à la limite de la Vieille Ville de Séville.

 

Adresse : Calle San Fernando, 4, 41004 Sevilla, Espagne
Horaires d’ouverture : 
Tarif / Prix d’entrée : Entrée gratuite.

Site officiel de l’Université (bon courage pour trouver la page dédiée à la manufacture des tabacs) : http://www.us.es


Fabrique royale de Tabac à Séville : Adieu Carmen ! [Sur]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu