Quartier de Sanita/Materdei à Naples : RDV avec la mort

Lieux de sépulture avant que Naples ne s’étende sur ses collines, Sanita/Materdei gardera une relation intime avec la mort. Voici un autre quartier à la réputation digne d’un polar…

 

Jésus à l'abri dans le quartier de la Sanita à Naples

> Jésus à l’abri dans le quartier de la Sanita à Naples.

 

 

Le quartier de Sanita/Materdei  (6) se trouve au nord de Naples sur une colline au dessus du Vieux Naples (1) et à proximité du quartier du Voméro (5).

 

Carte des quartiers de Naples avec Sanita en 6

> Carte des quartiers de Naples avec Sanita en 6.

 

 

Avec Les Quartiers Espagnols, Sanita/Materdei sont les autres mal aimés de Naples. Le quartier est pauvre. Pauvreté et criminalité font bon ménage. On associe donc ces collines à la Camorra, la mafia napolitaine. Seulement voilà, le quartier a beaucoup plus à offrir que des frissons faciles de roman de gare. 

 

 

Quartier de la Sanita/Materdei à Naples en 10 secondes :

 

  • Catacombes de Naples avec celle de San Gennero et celle de San Gaudioso,
  • Cimitero delle Fontanelle, ossuaire avec les squelettes des morts de la grande épidémie de peste de 1656,
  • Palais et escaliers en aile de faucon de San Felice,
  • Centre culturel Je so’ pazzo (Ex OPG Occupato) : Iniatives d’entraide, concerts, théâtre, street art et café,
  • Casa Morra, lieu d’expo d’art contemporain à Naples.
  • Musée des beaux arts et parc de Capodimonte à l’extrémité nord du quartier.

 

 

Street art : Madonna de la Sanità à Naples.

> Street art : Madonna de la Sanità à Naples.

 

 

Histoire de Sanita / Materdei à Naples

 

Naples a été fondé par des pêcheurs et des marchands grecs. Aucune raison d’aller s’installer sur les collines. La colline du Vomero conservera longtemps sa vocation agricole, alors que celle de Sanita/Materdei deviendra la colline des morts.

A l’époque romaine, les morts ne peuvent être enterrés à l’intérieur de l’enceinte de la ville. Les premieres catacombes sont creusées vers l’an 100. Lorsque le christianisme est interdit, les adeptes de la nouvelle religion y enterrent leur morts et célèbrent leur office religieux en secret. Les premiers évêques (Sant’Agrippino) et martyrs (San Gennero) en prennent le chemin et transforment ces grottes en lieu de pèlerinage.

Il faudra attendre l’explosion démographique de Naples à partir de 1530 pour que la ville s’étende en tout sens : Chiaia, Quartiers Espagnols et Sanita.

100 ans plus tard (1656), un nouvelle épidémie de peste frappe la ville. Près de 50% des habitants de Naples succombent à la mort noire (entre 250/300 000 individus). Où décide-t-on de les enterrer ? Sur les collines de Sanita/Materdei évidemment. Une ancienne carrière de tuf servira de sépulture collective aux pestiféréEs. Si vous êtes en mal de « momento mori », l’ossuaire se visite.

Certains cranes ont été adoptés par des familles napolitaines. « Protection contre entretien », une sorte de deal donnant-donnant dans une ville où les superstitions sont vivaces et les malheurs ne viennent jamais seuls. Une illustration des survivances païennes incluses dans le christianisme local.

 

 

Catacombes de San gennero dans le quartier de la Sanita à Naples - Photo de Dominik Matus

> Catacombes de San Gennero dans le quartier de la Sanita à Naples – Photo de Dominik Matus

Cimetière de la Fontanelle dans le quartier Sanita / Matterdei à Naples - photo de Dominik Matus

> Cimetière de la Fontanelle dans le quartier Sanita / Matterdei à Naples – Photo de Dominik Matus

 

 

 

De nouveaux habitants remplacent vite les morts et l’expansion de Naples continuent. La partie accolée au Vieux Naples voit la construction de palais monumentaux comme les célèbres palazzo de l’architecte scénographe San Felice : Palazzo dello Spagnolo et Palazzo San Felice.

 

 

Palazzo dello Spagnolo à Naples - Photo de  alterdimaggio1957

> Palazzo dello Spagnolo à Naples dans le quartier de la Sanita – Photo de alterdimaggio1957

Palazzo Sanfelice dans la quartier de Sanita à Naples.

> Palazzo San Felice dans la quartier de Sanita à Naples.

 

 

Seulement l’aristocratie napolitaine n’adoptera pas la Sanita comme quartier de résidence. Trop heureuse de s’installer au bord de la mer à l’ouest de Naples (Chiaia, Mergellina, Posillipo) mais surtout aux pieds du Vésuve (Portici, Ercolonano, Torre del Greco) dans ce qui deviendra le Miglio d’oro. Une suite des demeures monumentales appelées aussi : Villas vésuviennes.

Sanita/Materdei sera donc un quartier populaire où les vivants cohabiteront avec les morts. Un quartier fier de son fils : l’acteur comique Toto. Un quartier sujet aux débordements de pierre et de boue d’une rivière trop vite emmurée. Un quartier pauvre où la Camorra « remplacera » les services défaillant de l’état. Un quartier où viendront s’installer les immigrés venus du monde entier.

 

 
Dans le quartier de Sanita/Materdei à Naples.

> Dans le quartier de Sanita/Materdei à Naples.

Affiche de film avec l'acteur comique originaire du quartier de la Sanita : Toto.

> Affiche de film avec l’acteur comique originaire du quartier de la Sanita : Toto.

Une rue commerçante de la Sanita à Naples.

> Une rue commerçante de la Sanita à Naples.

La communauté Sri Lankaise est l'une des plus importante à Naples.

> Les Sri Lankais sont l’une des communautés étrangères les plus importantes de Naples.

 

 

Sanita/Materdei aujourd’hui

 

Sans fatalisme et avec dévouement, des associations issues de la société civile et des paroisses locales mènent des actions d’entraide envers les plus pauvres et les démunis. Cela passe par des consultations gratuites auprès de médecins bénévoles, de cours d’alphabétisation et d’apprentissage de la langue italienne, de mise à disposition de bibliothèques… 

Si cela vous intéresse, rendez-vous dans l’ancien hôpital psychiatrique squatté : Je So Pazzo (Ex OPG Occupato) à Materdei. Le centre socio-culturel organise aussi des concerts, rencontres, lectures, théâtres… Un café permet de s’y désaltérer ou d’y boire une bière. Une énorme fresque de l’artiste BLU déchire la façade comme un refus de l’aliénation ambiante. 

 

Centre culturel et social dans l'ancien hopital psychiatrique Ex OPG Occupato à Materdei, Naples.

> Centre culturel et social dans l’ancien hopital psychiatrique Ex OPG Occupato à Materdei, Naples.

Fresque en l'honneur de Chavez dans l'ancien hopital psychiatrique de Materdei à Naples.

> Fresque en l’honneur de Chavez dans l’ancien hopital psychiatrique de Materdei à Naples. 

Et puis Maradona, parce qu'on est à Naples et que l'Argentin est partout.

> Et puis Maradona, parce qu’on est à Naples et que le plus napolitain des Argentins est partout.

 

 

A proximité se trouve aussi la Casa Morra, un lieu d’exposition d’art contemporain. En vous baladant dans le quartier vous trouverez de nombreuses fresques de street art à travers les murs.

 

Casa Morra, lieu d'exposition d'art contemporain à Naples.

> Casa Morra, lieu d’exposition d’art contemporain à Naples.

 

 

Collage sur un mur du quartier de la Sanita à Naples.

> Collage sur un mur du quartier de la Sanita à Naples.

Street art : Fresque murale sur la piazza Sanità à Naples.

> Street art : Fresque murale sur la piazza Sanità à Naples.

 

 

 

Carte de Naples : Tous les lieux du guide

 

 

Cliquer sur cette icône ci dessous  pour sélectionner / désélectionner les calques : Hôtels, monuments, musées, parcs, bars, où sortir, shopping…

 

 

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Maciej

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Plus de Quartier Naples

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.