Cimetières victoriens à Londres : Brompton, Highgate et Abney Park

Que soyez passionnéE par la période victorienne (1820-1900) ou fascinéE comme elle par l’au de-là, le fantastique et la nature, le passage dans un cimétière londonien est un moment inoubliable. Vraiment.

 

Surpopulation dans les cimetières

1750. Moins de 100 ans après l’hécatombe de la peste (1665) et le catastrophique incendie (1666), la population de Londres a doublé, passant de 350 000 à environ 700 000 d’habitants.

 

Taudis à Londres près de Covent Garden en 1872 Gravure de Gustave Doré.

> Taudis à Londres près de Covent Garden en 1872 – Gravure de Gustave Doré.

Avant 1700, Christopher Wren, le génial architecte de la cathédrale Saint Paul et de nombreuses églises de Londres jugeait déjà la situation intenable . Les morts s’entassent dans les caveaux sous les églises ou dans les cimetière attenant.

Les égouts de Londres sont ses rivières – Les Tyburn, Fleet, Effra, Westbourne et son fleuve : La Tamise. Les cadavres putréfiés contaminent les puits. Les rats prolifèrent se nourrissant des morts. Le choléra menace une ville de plus en plus peuplée, gonflée à rompre par l’exode rural due à la révolution industrielle.

 

La soupe aux monstres dans l'eau de la Tamise (1828).

> La soupe aux monstres dans l’eau de la Tamise (1828).

 

7 nécropoles en périphérie de Londres

La visite du cimetière du Père Lachaise à Paris fût déterminante pour décider de la construction des « Magnificient Seven ».

 

Vue sur le cimetière du Père Lachaise en 1815 par Courvoisier.

> Vue sur le cimetière du Père Lachaise à Paris en 1815 par Courvoisier.

Les 7 magnifiques sont :

  • Kensal Green cemetery (1832)
  • West Norwood Cemetery (1836)
  • Highgate Cemetery (1839)
  • Abney park cemetery (1840)
  • Nunhead cemetery (1840)
  • Brompton cemetery (1840)
  • Tower Hamlets cemetery (1841)

Brompton est facilement accessible depuis le centre de Londres, Highgate fût la crème des cimetières auprès des notables anglicans et Abney park représenta une avant-garde. Tous sont autant un parc, qu’un musée et qu’un lieu de repos éternel pour un paquet de gens.

 

Brompton cemetery, le plus accessible du centre de Londres

A l’ouest de Londres à la limite entre le quartier de Fulham et celui de Kensington, la nécropole du West Brompton est de forme rectangulaire sur un terrain plat.

Sorti de l’allée centrale, vous rencontrez un bout de campagne, un nombre incroyable d’écureuil gris, de très nombreuses variétés d’arbres, au  printemps et en été des fleurs des champs, des papillons, des herbes folles…

 

Marguerites jaillissantes dans le cimetière de Brompton à Londres.

> Marguerites jaillissantes dans le cimetière de Brompton à Londres.

Les statues d’anges, les croix celtiques, les vieilles inscriptions, les enchevêtrements de tombes, les croix penchées font un effet magique. JS Rowling, ancienne habitante du quartier puisa sur les stèles le nom de certains personnages d’Harry Potter.

 

Statue d'ange entouré par la végétation.

> Statue d’ange entouré par la végétation.

La journée, les riverains s’y baladent, font leur jogging, promènent leur jeunes enfants. Téléphonent, mangent, vivent.

 

Tombes éparses entourées de fleurs sous un grand arbre au Brompton cemetery de Londres.

> Tombes éparses entourées de fleurs sous un grand arbre au Brompton cemetery de Londres.

 

Pour en savoir plus : https://www.royalparks.org.uk/parks/brompton-cemetery

 

Highgate, la crème de la crème de la mort

Highgate est au nord de Londres adossé à une colline et séparé par une route. La partie ouest est la plus ancienne, la plus monumentale et la plus sauvage. A l’est, une tombe a fait l’objet de 2 attentats. Karl Marx y est enterré.

En raison de pillages et d’une (très) relative popularité : La visite des cimetières est payante. Visite guidée obligatoire à l’ouest (16£), visite libre à l’est (4£).

La partie ouest est impressionnant. Vraiment. Aussi bien la végétation que la pierre. Il y a un cèdre du Liban gigantesque. Une rue circulaires de mausolées comme dans une ville de morts. Des statues dans la thématique : Des anges, des arbres rompus, des bougies éteintes et aussi des représentations plus originales. La façon dont la végétation s’est invité chez les morts, c’est climatique.

 

L'entrée pour l'avenue égyptienne, une des parties les plus anciennes et les plus monumentales de Highgate West.

> L’entrée pour l’avenue égyptienne, une des parties les plus anciennes et les plus monumentales de Highgate West.

> « Fantômes » au cimetière d’Highgate à Londres – Photo de Chris JL.

Je ne paierai pas 4£ pour revoir le buste de Karl Marx aussi impressionnant (mais pas trop) soit il.

 

Tombe de Karl Marx au cimetière de Highgate East à Londres : Travailleur de tous les pays, unissez-vous ! Photo de Leo Reynolds @ Flickr

> Tombe de Karl Marx au cimetière de Highgate East à Londres : Travailleur de tous les pays, unissez-vous ! Photo de Leo Reynolds @ Flickr

 

Pour en savoir plus : http://highgatecemetery.org

 

Abney Park, l’avant garde londonienne

Abney Park se trouve dans le nord est de Londres dans le quartier de Hackney.

C’est le premier cimetière en Angleterre à subir l’influence de théories américaines dans la manière de construire des nécropoles. Le Mount Auburn cemetery près de Boston fût pris en exemple. Les deux furent construites au même moment par une même mouvement au sein de l’église réformée protestantes : Les congrégationalistes.

 

Sculpture au Abney cemetery park à Londres. Photo de Micheal Jones.

> Sculpture au Abney cemetery park à Londres. Photo de Micheal Jones.

C’est le premier cimetière parc horticole en Angleterre. 2500 arbres et plantes ont été planté par ordre alphabétique à sa création. Le premier Acer (érable) à Z for Zanthoxylum. Le terrain du cimetière devint un lieu d’étude botanique. Puis la classification fut perdue, les plantes firent comme elles souhaiterent et le cimetière fut transformé en zone de réserve naturelle. Il y a des renards (comme un peu partout à Londres), des écureuils, plein d’oiseaux, papillons et insectes en tout genre. Des herbes et des fleurs folles.

 

Le cimetière d'Abney Park en automne sous le brouillard. Photo d'Allan Denney.

> Le cimetière d’Abney Park en automne sous le brouillard. Photo d’Allan Denney.

A son entrée, il y a un monumental portail signé William Hosking dans le style « Egyptian Revival » alors à a mode à Londres. Peut être le premier ou le deuxième au monde. Je n’ai aucune idée de combien de cimetières ont franchi le pas.

Le plus remarquable reste la manière dont les morts furent enterrés. Du jamais vu. Aucun critère de croyances pour faire partie de la bande et aucun regroupement entre co-religionnaires. A Highgate 80 à 90% des enterrés « appartenaient » à l’église anglicane. En 1840, s’enterrer les uns avec les autres c’est révolutionnaire.

Pour vous faire une idée du cimetière, le clip d’Amy Winehouse « Back to black », noir et blanc, crépusculaire, gothique y fût tournée.

 

 

Pour en savoir plus : http://www.abneypark.org/ L’entrée est gratuite.

 

Bunhill, la colline a des os

Bunhill est l’un  des plus vieux cimetières de Londres avec le cimetière juif de Sefardi (1657). Bunhill viendrait de Bone hill. Le terrain n’est plus bombé aujourd’hui.

Les locataires les plus célèbres sont William Blake et William Defoe. Le premier fût peintre, poète et mystique. C’est à lui que l’on doit des tableaux oniriques et inquiétants visibles à la Tate Britain. Les Doors lui doivent leur nom. Defoe est l’écrivain de Robinson Crusoé. Un familier du port de Bristol et de ses histoires de piraterie.

 

Tombes du cimetières Bunhill à Londres.

> Tombes du cimetières Bunhill à Londres.

 

Des allées entourées de grilles empêchent de parcourir le cimetière à sa guise, cela dit de nombreux bancs sous les arbres donnent une ombre rafraichissante en été. Près du Barbican à la limite de la City.

Pour en savoir plus : http://www.cityoflondon.gov.uk/things-to-do/green-spaces/city-gardens/visitor-information/Pages/Bunhill-Fields.aspx

 

Les cimetières en 1800 ailleurs en Europe

Après le Père Lachaise, des grands cimetières romantiques européens voient le jour : le Zorgvlied à Amsterdam, le Vysehrad à Prague, le cimetière du Testaccio à Rome, Powazki à Varsovie, Rakowicki à Cracovie… 

Pour l’écrivain lyonnais Calaferte, le déplacement des cimetières en périphérie des villes signa le début de la misère métaphysique. Voilà un bon sujet de conversation pour votre prochain apéro.

 

Maciej

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Plus de Parc de Londres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.