[Video] Balade dans le Quartier Rouge d’Amsterdam

Le Quartier Rouge d’Amsterdam est à la fois le lieu de tous les fantasmes, de toutes les débauches et la partie la plus ancienne de la ville.

 

English version

 

 

Ce qui veut dire qu’à côté des nombreux sex shops, à côté des bars sportifs, des coffeeshops bruyants, à côté des vitrines un peu glauque (que l’on ne peut pas filmer par respect pour les prostituées), vous trouverez des monuments exceptionnels sur des canaux de toute beauté.

Une sorte de grand écart que la municipalité essaie de réduire en transformant le quartier rouge en quartier plus polisé.

Vanupied.com vous emmène faire un petit tour dans l’infâme Quartier Rouge.

 

 

Le point de départ est la Gare Centrale. Un bâtiment en brique monumentale situé sur l’embouchure de l’ancien port d’Amsterdam. C’est précisément là que la ville s’ouvrait sur les mers et les continents lointains. La gare a coupé ce rapport au port pendant plus d’un siècle.

Ce sont d’abord des squatteurs et des artistes qui ont occupé des bâtiments et des hangars laissés vides. Puis les promoteurs immobiliers sont venus et ont réhabilités les anciennes friches portuaires.

Derrière la gare, des ferrys gratuits vous emmènent à la découverte du passé industriel au nord d’Amsterdam. C’est une des nombreuses facettes d’Amsterdam à découvrir absolument.

 

Devant la gare, vous trouverez Damrak, l’avenue pour rejoindre la place de Dam. Le centre cartographique d’Amsterdam. Des beaux bâtiments, beaucoup de monde et des commerces un peu cheap qui viennent un peu gâcher le plaisir : magasins de souvenirs, casino, bureau de change, fast food… Tout ce que la ville aimerait voir disparaitre ailleurs.

 

La place de Dam n’a pas un charme fou mais son importance historique est capitale. C’est ici qu’un barrage sur le fleuve Amstel donna naissance à Amsterdam en 1275. A partir de là, un port, des entrepôts, un marché, une balance publique, des tavernes, des églises, des bordels. La naissance d’une ville.

 

L’austère et massif bâtiment est le Palais Royal. Construit en 1665, c’est alors le bâtiment le plus moderne de l’époque. Il repose sur 13 659 piliers de bois et tous les enfants du pays l’apprennent par coeur. Au 17e, les Pays-Bas vivent leur âge d’or et le monde entier leur envie Amsterdam.

La place de Dam accueille des artistes de rues, des manifestations diverses, des vendeurs de hot-dogs, des pigeons fatiguées de voler, des touristes à la recherche du quartier rouge.

Allons-y.

 

Dans les années 60, 70 et 80, les classes moyennes quittent la Vieille Ville délabrée. Les rats, les canaux sales, la criminalité. L’héroïne fait des ravages. Sur chaque pont un dealer est posté prêt à vendre. Le coeur historique d’Amsterdam est le pire endroit où venir passer ses vacances en famille.

C’est aussi là que la résistance s’organise pour éviter la destruction du centre voulue par la mairie. Là que les anarchistes luttent pour que la voiture ne remplace pas le vélo. Là que les squats voient fleurir des idées de mise en commun, d’entraide et de partage qui font encore aujourd’hui l’esprit d’Amsterdam.

 

 

Révolte urbaine à Amsterdam en 1966. Photo Steinmeier, Hans / Anefo

> Révolte urbaine à Amsterdam en 1966. Photo Steinmeier, Hans / Anefo

 
Jeunes musiciens vivant en communauté à Amsterdam (2008). Photo Jorge Royan

> Jeunes musiciens vivant en communauté à Amsterdam (2008). Photo Jorge Royan

 

 

Le quartier rouge d’aujourd’hui est un peu l’enfant de celui d’hier. En moins trash et moins politisé. Il reste les coffeeshops, nombreux et parmi les moins intéressants d’Amstedam, des pubs où les Anglais viennent se souler, des magasins de souvenirs made in China et puis beaucoup de godes en vitrine ci et là.

 

 Il y a heureusement d’autres choses à visiter. L’Oudekerk est l’église la plus surprenante de la ville. Une église halle avec d’étranges proverbes gravées dans le bois des miséricordes. Il est possible de monter sur le clocher pour avoir une vue panoramique du quartier.

 

 Dans la prolongation, vous tomberez sur la microbrasserie la plus centrale d’Amsterdam : De Prael. De bonnes bières et une entreprise de réinsertion. L’utile et l’agréable en somme.

 

Le Quartier Rouge a encore au moins deux édifices religieux surprenants.

 

 Il y a d’abord l’Amstelkring, une église catholique cachée lorsque les protestants interdirent au culte « romain » d’apparaitre visible.

 

 Il y a aussi un grand temple bouddhiste dans la partie Chinatown du quartier rouge.

 

C’est là que vous trouverez aussi un grand nombre de restaurants chinois et asiatiques, pas chers et savoureux.

 

Nieuwmarkt est l’une des plus belles places d’Amsterdam et elle se trouve à la limite du quartier rouge. Idéal pour s’assoir en terrasse et profiter d’un espace ouvert assez rare dans le vieil Amsterdam.

 

Den Waag, un bout de l’ancienne fortification s’y trouve. Elle fût aussi dans le désordre : le siège des guildes, une balance publique, une magasin de meubles, une caserne de pompiers et une prison pour être aujourd’hui un restaurant chic.

 

Sur cette place se trouve l’agréable coffeeshop Jolly Joker, l’ancien arrêt de tram devenu café brun : Lokaal ‘t Loosje. Et un marché à lieu aussi le samedi matin. L’occasion de manger des harengs à la hollandaise. A ne pas rater si vous aimez les sushis, même si ça n’a rien à voir.

 

Vous trouverez plus d’infos en description et sur Vanupied.com. Soyez curieux et bonne balade !

 

Maciej

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Plus de Café, bars et salons de thé à Amsterdam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.