Bêtes de Cracovie : Corbeaux, pigeons et belettes

A côté du dragon, d’autres animaux constituent le bestiaire de Cracovie. Les corbeaux d’abord, les pigeons et les belettes !

La grand mère aux pigeons à Kazimierz - Photo de Christopher Walker @ Flickr

> La grand mère aux pigeons à Kazimierz, Cracovie – Photo de Christopher Walker @ Flickr

 

Au programme la visite de Cracovie à travers ses animaux.

 

Les corbeaux de Cracovie

 

Avant de devenir une monarchie chrétienne en 966 sous le roi Mieszko I. Le terrain de la Pologne actuelle est peuplé de nombreuses tribus paiennes. Si chaque tribu à ses dieux propres, on retrouve des similarités et le panthéon slave est peuplée de dieux de la nature : Ciel, feu, foudre, vent. Autour de Cracovie, les tribus célèbrent les corbeaux. On batit des tertres, colline de terre, desquels des sorciers-prêtres-chamans célèbrent en parure de plumes l’oiseau noir.

Les corbeaux sont des animaux sociables, vivant en couple, tenant conseil et « parlant ». Ses similarités avec les humains vaudront à l’oiseau d’être un messager des dieux dans de nombreuses civilisations, slave et romaine notamment.

Puis les prêtres chassèrent les sorciers et les corbeaux. Mais le nom de Cracovie conserva leur trace. Krakow, Cracovie en polonais, viendrait de Krakac : « Croasser ».

 

Les pigeons de Cracovie

 

A part le samourai de Ghost dog, on imagine rarement que l’on puisse être fan des pigeons. Les habitants de Cracovie le sont et une légende explique pourquoi.

 

Dessin de pigeon de Cyprian Norwid

> Dessin de pigeon de Cyprian Norwid

 

 

Vers 1300, le Royaume de Pologne est divisé en principautés. Un prince veut les réunir à nouveau pour former un état fort. Ni les bourgeois, ni les nobles ne veulent l’aider. Il a pourtant besoin d’argent pour rejoindre Rome et plaider sa cause auprès du Pape.

Il décide de faire appel à une sorcière. La sorcière évidemment très moche accepte de l’aider si les chevaliers du prince sont transformés en pigeons le temps du voyage. Cela devait être chose courante à l’époque puisqu’il accepte sans se poser de questions. Les chevaliers en pigeons picorent un mur et des petites pierres s’en détachent, transformées en or et pierres précieuses lorsqu’elles touchent le sol. Le prince peut partir pour Rome.

En route, le prince riche flambe en banquets, en alcools et en femmes. Fauché avant même d’avoir atteint Rome, il revient bredouille et honteux. Il recherche la sorcière pour rendre à ses chevaliers leur allure humaine. Manque de chance, celle ci est introuvable et les chevaliers restent empigeonnés à jamais.

La légende s’arrête là, la conclusion étant : Voilà pourquoi les habitants de Cracovie aiment les pigeons et les nourrissent notamment sur la place du Rynek.

Sauf que les excrément toxiques des pigeons font des trous dans les monuments, aussi la municipalité cherchent à s’en débarrasser. C’est là qu’interviennent les hermines.

 

 

Les hermines ou belettes de Cracovie

 

On connait Cracovie pour sa « Dame à l’hermine » de Leonardo da Vinci (photo ci-dessus) présente dans le musée des beaux arts des Czartoryski.

 

Dame à l'hermine de Da vinci à Cracovie - Photo de qyphon@Flickr

> Dame à l’hermine de Da vinci à Cracovie – Photo de qyphon@Flickr

 

 

On connait moins la ville pour ses belettes carnassières. Introduites par la municipalité dans le parc du Planty autour de la Vieille ville, les belettes ont pour mission de réduire le nombre de pigeons à Cracovie.

Difficile de juger du succès de l’opération, les pigeons sont toujours là et les belettes s’approvisionnent dans les poubelles. Au moins les faucons autour de Trafalguar square à Londres avaient il eu plus de succès…

S’il reste à Londres ses renards, le bestiaire de Cracovie est riche de ses belettes clochardes, ses pigeons chevaliers et ses corbeaux sacrés.

A côté du dragon, d’autres animaux constituent le bestiaire de Cracovie. Les corbeaux d’abord, les pigeons et les belettes !
Les corbeaux de Cracovie
Avant de devenir une monarchie chrétienne en 966 sous le roi Mieszko I. Le terrain de la Pologne actuelle est peuplé de nombreuses tribus paiennes. Si chaque tribu à ses dieux propres, on retrouve des similarités et le panthéon slave est peuplée de dieux de la nature : Ciel, feu, foudre, vent.
Autour de Cracovie, les tribus célèbrent les corbeaux. On batit des tertres, colline de terre, desquels des sorciers-prêtres-chamans célèbrent en parure de plumes l’oiseau noir.
Les corbeaux sont des animaux sociables, vivant en couple, tenant conseil et « parlant ». Ses similarités avec les humains vaudront à l’oiseau d’être un messager des dieux dans de nombreuses civilisations, slave et romaine notamment.
Puis les prêtres chassèrent les sorciers et les corbeaux. Mais le nom de Cracovie conserva leur trace.  Krakow, Cracovie en polonais, viendrait de Krakac : « Croasser ».
Les pigeons de Cracovie
A part le samourai de Ghost dog, on imagine rarement que l’on puisse être fan des pigeons. Les habitants de Cracovie le sont et une légende explique pourquoi.
Vers 1300, le Royaume de Pologne est divisé en principautés. Un prince veut les réunir à nouveau pour former un état fort. Ni les bourgeois, ni les nobles ne veulent l’aimer. Il a pourtant besoin d’argent pour rejoindre Rome et plaider sa cause auprès du Pape.
Il décide de faire appel à une sorcière. La sorcière evidemment très moche accepte de l’aider si les chevaliers du prince sont transformés en pigeons le temps du voyage. Cela devait être chose courante à l’époque puisqu’il accepte sans se poser de questions. Les chevaliers en pigeons picorent un mur et des petites pierres s’en détachent, transformées en or et pierres précieuses lorsqu’elles touchent le sol. Le prince peut partir pour Rome.
En route, le prince riche flambe en banquets, en alcools et en femmes. Fauché avant même d’avoir atteint le Pape, il revient bredouille et honteux.
Il recherche la sorcière pour rendre à ses chevaliers leur allure humaine. Manque de chance, celle ci est introuvable et les chevaliers restent enpigeonnés à jamais.
La légende s’arrête là, la conclusion étant : Voilà pourquoi les habitants de Cracovie aiment les pigeons et les nourrissent notamment sur la place du Rynek.
Sauf que les excrement toxiques des pigeons font des trous dans les monuments, aussi la municipalité cherchent à s’en débarrasser. C’est là qu’interviennent les hermines.
Les hermines ou belettes de Cracovie
On connait Cracovie pour sa « Dame à l’hermine » de Leonardo da Vinci présente dans le musée des beaux arts des Czartoryski.
On connait moins la ville pour ses belettes carnassières. Introduites par la municipalité dans le parc du Planty autour de la Vieille ville, les belettes ont pour mission de réduire le nombre de pigeons à Cracovie. Difficile de juger du succès de l’opération, les pigeons sont toujours là et les belettes s’approvisionnent dans les poubelles. Au moins les faucons autour de Trafalguar square à Londres avaient il eu plus de succès…
S’il reste à Londres ses renards, le bestiaire de Cracovie est riche de ses belettes clochardes, ses pigeons chevaliers et ses corbeaux sacrés.

 

Enregistrer

Maciej

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Plus de Atmosphère de Cracovie !?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.