Shoreditch, quartier hipster de Londres & RDV street art

Shoreditch est le quartier le plus clivant de Londres. Pour certains c’est la joie aussi pure qu’une course folle dans les champs de blé, pour d’autres c’est au mieux une blague à laquelle on sourit par politesse. Incontournable pour les amatrices et amateurs de street art.

> « Art is trash » dans le quartier arty de Shoreditch à Londres.

 

Au nord est du centre de Londres (de la City) se trouvent le quartier de Shoreditch-Hoxton.

 

 

L’histoire d’un quartier misérable en dehors de Londres

Shoreditch connu son premier âge d’or à l’époque de Shakespeare. Alors en dehors de Londres, les puritains en guenille s’y divertissaient en attendant la mort : Sexe, alcool et théâtre.

La troupe de Shakespeare commença à Shoreditch avant de rejoindre le quartier de Southwark sur la rive sud de la Tamise. Autre lieu de perdition à l’époque.

 

Affiche de théâtre à Shoreditch en 1867.

> Affiche de théâtre à Shoreditch en 1867.

 

Aucune trace ne subsiste de cette âge d’or si on peut l’appeler comme ça. Le quartier est misérable avant, pendant et après. Pauvreté, prostitution, criminalité pendant des siècles. Dickens sur 400 ans.

 

Le renouveau de Shoreditch

 

Alors voilà, personne n’avait particulièrement envie de s’y installer de peur de salir son karma au contact des murs. Dans les années 1990/1995, des artistes franchissent le pas d’abord, suivi par des start-ups. Ils profitent de bas loyers introuvables ailleurs à Londres pour s’y installer.

 

Street art d'Alexis Diaz sur les murs de Shoreditch à Londres.

> Street art d’Alexis Diaz sur les murs de Shoreditch à Londres.

 

Les entreprises créatives, médias, agences de pub et de comm‘ suivront. Puis les bars et cafés. Snacks et restaurants. Brocantes et disquaires. Magasins de vélos en bois et boutiques de graines germées ou non.

Le phénomème de gentrification n’a rien d’original à Londres. Il a touché de nombreux quartiers : Notting Hill, Brixton, Saint Pancras, Camden Town étaient des lieux alternatifs ou/et marginaux avant de se transformer en quartier tendance-créatif-bourgeois-plus-tres-créatif-et-cher.

Shoreditch est devenu l’archétype de la gentrification et de l’ « hipsterisation ». Si cela ne vous parle pas, regardez la vidéo pour comprendre.

 

 

D’un côté du street art, des friperies et magasins de disques ENORMES (en taille et en choix, c’est pour ça les majuscules, mais je ne le referait plus, promis). Un côté délabré, romantique-glauque, industriel dans l’est Londonien près des quartier de Whitechapel et Liverpool Street.

 

Architecture moderniste à Berlin dans le marché de Spitafields à Shoreditch (Londres).

> Architecture moderniste à Berlin dans le marché de Spitafields à Shoreditch (Londres).

Street art à Shoreditch à Londres.

> Street art à Shoreditch à Londres.

Disquaire Rough trade à Shoreditch, Londres.

> Disquaire Rough trade à Shoreditch, Londres.

Graffiti de Stik sur Turville Street à Londres.

> Graffiti de Stik sur Turville Street à Londres.

Pochoir de chat par C215 sur Chance Street à Shoreditch.

> Pochoir de chat par C215 sur Chance Street à Shoreditch.

Gris bleu à Shoreditch à Londres.

> Gris bleu à Shoreditch à Londres.

Oeuvre d'Id-iom à Heneage Street dans le quartier de Shoreditch.

> Oeuvre d’Id-iom à Heneage Street dans le quartier de Shoreditch.

Affiche de Donk à Londres, toujours à Shoreditch.

> Affiche de Donk à Londres, toujours à Shoreditch.

Street art dans le quartier de Shoreditch à Londres.

> Street art dans le quartier de Shoreditch à Londres.

Paté de maisons délabrées du quartier de Spitafields à proximité de Shoreditch.

> Paté de maisons délabrées du quartier de Spitafields à proximité de Shoreditch.

> « Love will tear us apart gain » Joy Division et Super héros sur les murs de Shoreditch à Londres.

Graffiti sur Pedley Street à Londres.

> Graffiti sur Pedley Street à Londres.

Street art, accordéon et royauté.

> Street art, accordéon et royauté.

 

De l’autre côté des start-ups et des compagnies créatives avec la vie qui va avec :

  • Des cafés uberstylés (eh non pas tant que ça ou alors stylé signifie sobre, minimaliste, en bois, scandinave, Ikea version entrepôt),
  • des brocantes pas inintéressantes mais hors de prix (Spitafield market),
  • Des  food trucks (vegan ou pas) originaux et savoureux,
  • Une faune « créative » et « originale » à barbe ou à vélo, bonnets sur la tête, haut ou bas de jogging en polyester brillant année 80, tatouage sur le bras, bière artisanale à la main.

 

Alors voilà, si vous êtes allergique aux lieux « hipsters » un brin m’as-tu-vu, Shoreditch vous donnera des boutons.

Si au contraire, vous appréciez avec ou sans ironie les ambiances « alternatives », « innovantes », artistique, décontractée et sympathique dans l’ensemble, Shoredich vous comblera plus que Mayfair ou Camden. Et ce n’est déjà pas si mal.

Maciej

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Plus de Quartiers de Londres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *