Azulejos à Lisbonne de A à Z : Histoire, in situ, atelier…

Azulejos de A à Z. Impossible de parler de Lisbonne sans évoquer les azuléjos, modestement traduit en « tuile » en français. Ces faïences ou carrelages sont indissociables de la capitale portugaise et de son charme magnétique.

 

 

Mais savez-vous d’où viennent-ils ? Quel est leur histoire ? Où peut on en voir, en acheter ou en produire soi même ? Ont-ils uniquement un intérêt esthétique ? 

Du Moyen orient à l’extrême orient en passant par l’Italie, l’Espagne et les Pays-bas avant de revenir au Portugal, voici le voyage d’un des premiers produits de la mondialisation.

 

 

 

 

Histoire complexe et passionnante des azulejos

 

C’est à Bagdad au 9e siècle que la faïence est découverte, c’est le début des poteries à base d’argile émaillée ou vernissée sur lequel des artistes pourront donner libre cours à leur art.

La faïence s’est propagée de part et d’autre en Égypte et en Perse puis via l’Afrique du nord en Espagne.

La faïence est alors décoré de manière géométrique et non figurative. L’Islam est iconoclaste, il interdit les icônes, les idoles et toute représentation figurative. Ce sont les azulejos que vous verrez à Séville par exemple.

 

 

De l’Espagne maure puis chrétienne, la faïence rejoint l’Italie à la Renaissance. En Italie, les artistes peintres décorent la surface des objets de scènes mythiques, allégoriques, bibliques.

En 1500, des potiers italiens s’installèrent à leur tour au Pays-bas à Anvers puis à Delft. Future capitale de la faïence européenne.

 

 

A la même période, le puissant roi Portugais Manuel I découvre les azulejos mauresque à Séville et Saragosse. Plus rien ne sera jamais pareil.

A partir de 1600, la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales, première entreprise privée, moderne et internationale au monde établit des relations commerciales avec la Chine. 

 

 

La Porcelaine chinoise connait un succès fou en Europe. En 1647, un problème d’approvisionnement liés à des troubles politiques donne une idée aux manufacturiers néerlandais : Imiter la porcelaine chinoise et ses motifs blanc-bleu. Le bleu de Delft est née.

Les azulejos portugais sont nées de ces diverses influences : Arabes, Espagnoles, Italiennes, Néerlandaises et chinoises. 

Jusqu’en 1755, les faïences décorent les palais, les églises et monastères. On fait appelle à des artistes délivrant des dessins d’une grande finesse. Décoratif, les azulejos sont facile à entretenir, ils protègent de l’humidité en hiver et de la chaleur en été…

 

 

Après le tremblement de terre / tsunami / incendie de 1755. Les azulejos sont produit de manière industriel avec des motifs plus basiques réalisés par des artisans et non plus des artistes. Le marquis de Pombal veut en recouvrir les façades des maisons pour les protéger des risques d’incendie et pour améliorer l’hygiène des villes inspiré des idées des lumières et du rationalisme anglais. Voir la reconstruction de la City à Londres par Wren ou la construction de New Town à Edimbourg.

 

 

 

 

Où voir des azulejos à Lisbonne ?

 

Depuis on trouvera des azulejos un peu partout dans l’espace public et privé, palais, églises, école, gare, place, immeuble d’habitation jusqu’au station de métro plus récemment.

 

 

La plus belle collection d’azulejos se trouve dans le musée des Azulejos dans un vieil et beau monastère du nord de Lisbonne. Le bâtiment en lui-même mérite une visite.

La collection du musée est riche de 7 000 pièces et varié, présentant l’évolution de l’art du carrelage en céramique depuis la Renaissance jusqu’à aujourd’hui. La grande fresque de 25 mètres de long représentant le panorama de Lisbonne avant le séisme de 1755 est époustouflant. Pas moins de 1 300 carreaux la compose. Vous y découvrirez aussi des oeuvres modernes signe de la vitalité de cette forme artistique.

 

 

 

Le couvent de São Vicente de Fora de Lisbonne est un autre lieu à visiter si vous aimez les azulejos. Il possède 38 panneaux représentant les fables de La Fontaine. 

 

Azulejos dans l'église Igreja de São Vicente da Fora à Lisbonne - Photo de Julien Chatelain

> Azulejos dans l’église Igreja de São Vicente da Fora à Lisbonne – Photo de Julien Chatelain

 

 

Autre couvent, le Couvent des Cardaes est une splendeur assez peu connu à découvrir dans le quartier de Bairro Alto. Vous y découvrirez un bout d’histoire de Lisbonne, du Portugal et un bout d’histoire de l’art en découvrant notamment de passage de faïence réalisé par des artistes à celle réalisé par des artisans. Les murs de l’église représente les étapes de la truculente fondatrice du couvent.

 

 

 

Il y a évidemment d’innombrables autres lieux… Dans la catégorie hors des sentiers battus il y a  l’église Madre Deus…

 

 

Où acheter des azulejos à Lisbonne ?

 

Il est possible d acheter dans des boutiques spécialisés ou chez des antiquaires. 

Des magasins vendent des azulejos aux motifs modernes des années 60 à nos jours comme Cortiço & Netos. Prévoyez votre composition depuis leur site internet car sur place, ce n’est pas si simple qu’il n’y parait de trouver une combinaison parfaite.

 

 

Des vols d’azulejos ont régulièrement lieu dans les palais et églises isolés ou même en plein coeur de Lisbonne alimentant un marché noir. N’achetez pas d’azuléjos sur le marché aux puces d’affama appelé à juste raison le marché des voleurs. On y trouve le fruit de menu larcin, les plus belles pièces finissent dans des maisons privées en Espagne ou en France sans passer par la case « marché en plein air ».

Les pièces vendus chez les antiquaires sont surveillées et ne proviennent pas de vols. Vous pouvez y aller.

 

 

Où faire des azulejos à Lisbonne ?

 

Si vous avez l’âme créative, vous pouvez réaliser vous mêmes des azulejos lors d’un atelier à Lisbonne. 

Nous avons pu suivre les enseignements de Caroline en français et en anglais. En 3h, vous apprendrez l’histoire des azulejos, les principes de fabrication et les techniques et puis bien sûr vous apprendrez à peindre en suivant des modèles ou en fonction de votre imagination débordante ou non. 

C’est instructif, amusant, cela demande de l’application et de la concentration. Le plus important est que cela se fait dans la bonne humeur et la bienveillance. Bref, un chouette moment d’apprentissage et de jeu. Après leur cuisson, vous pourrez repartir chez vous avec 2 carreaux de votre création. Ou comment retrouver la joie d’être un enfant et de découvrir la pâte à sel.

 

 

 

 En plus de l’atelier de Caroline, voici un autre atelier de création d’Azulejos à Lisbonne.

 

Les azulejos à Lisbonne, c’est toute une histoire et j’espère que vous avez appris plein de nouvelles choses avec nous.

 

Maciej

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Plus de Activités Lisbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.