PKiN à Varsovie, Palais de la Culture et de la Science offert par Staline [Śród. Nord]

Après avoir libéré la Pologne des Nazis, Staline offre à Varsovie un bâtiment qui diviendra emblématique. Un gratte ciel soviétique immense, à la démesure des skyscrapers américains.

 

> PKiN à sa livraison : Blancheur immaculée. Le reste de Varsovie est encore largement en ruine.

> PKiN à sa livraison : Blancheur immaculée. Le reste de Varsovie est encore largement en ruine.

 

 

Le Palais de la Culture et de la Science (Pałac Kultury i Nauki – PKiN) est sans aucun doute le bâtiment de Varsovie, que dis-je !, de toute la Pologne qui antagonise le plus les polonais, avec cette relation d’amour et de haine que chaque polonais ressent pour ce grand gratte-ciel socialiste, cadeau de Staline.

La blague raconte que le seul habitant heureux de Varsovie est le gardien du Palais de la Culture, car quand il se met à sa fenêtre, il est le seul à ne pas le voir…

 

  Des visites guidées sont organisées sur les traces communistes de Varsovie .

 

Le « cadeau de la nation soviétique » à Varsovie

 

Au plus fort de ses ambitions d’impérialisme mondial et d’exportation de l’Internationale communiste, Staline fait naitre un style architectural (architecture stalinienne, forcément) et essaime aux quatre coins de sa sphère d’influence des gratte-ciels staliniens.

En plus des « Sept Sœurs » de Moscou, quatre autres gratte-ciels cousins furent édifiés au début des années 50 : à Shanghai (Chine), à Riga (Estonie), à Prague (Tchécoslovaquie) et à Varsovie.

 

> Pkin dans les années 1960 à Varsovie.

> Pkin dans les années 1960 à Varsovie. Photo issue d’une retrospective en images de Varsovie et son architecture.

 

 

Cadeau haut de 230 mètres de Staline à la nation polonaise, le bâtiment a longtemps été le seul et l’unique gratte-ciel de toute la Pologne (les 66 mètres du Prudential faisaient pâle figure à côté), et donc le symbole outrageusement visible de la domination soviétique sur la Pologne. D’où cette haine que certains vouent au bâtiment…

Mais si on sépare l’architecture du symbole, on s’aperçoit que le massif et l’imposant cher à Staline est délicatement balancé par un petit côté art-déco, faisant penser un peu à certains skyscrapers des années 20 et 30 de New York. Je trouve qu’il ressemble un peu à l’Empire State Building, et c’est quand même classe. Je ne dois d’ailleurs pas être le seul à le penser, car le bâtiment n’a jamais été détruit et a finalement été classé aux monuments nationaux en 2007.

 

 

Une construction stakhanoviste

 

Le PKiN a été construit sur un champ de bataille. Il y avait là énormément de ruines, mais également près de 160 immeubles habitables, rasés pour laisser place au géant. Raser des batiments habitables dans une ville détruite à 85%…

 

PKiN à sa construction à Varsovie dans les années 50.
> PKiN à sa construction à Varsovie dans les années 50.

 

 

On créa ex nihilo un complexe composé du bâtiment en lui-même, d’annexes, de jardins, d’une gare (Warszawa Śródmieście), d’une place à défilés militaires (Plac Defilad) et d’un parc (Park Świętokrzyski). On fait venir 3500 ouvriers et spécialistes russes qui s’occupent de toute la construction, de la pierre en provenance de l’Oural et de l’acier de certaines épaves de guerre repêchées en mer Baltique. Cela dit, ce mastodonte sera construit en à peine 3 ans, entre 1952 et 1955, donnant par la même occasion du grain à moudre pour la machine à propagande du régime…

A partir de 1952, à Berlin-est, la construction de la Stalinallee, futur Karl Marx Allee bat son plein.

Le surlendemain de la mort de Staline, on donna le nom du cruel moustachu au bâtiment qui sortait à peine de terre. L’immense espace urbain du Plac Defilad était régulièrement utilisé pour des évènements militaires et politiques. Comme son nom l’indique, c’est, après tout, la place des défilés. Et les communistes aimaient les défilés….

 

Le futur encore incertain du PKIN

 

Dès la chute du Mur, on se demande quoi faire du « cadeau de Staline ». Trop de mauvais souvenirs. On se rend rapidement compte que sa destruction serait un travail titanesque et absolument hors de prix, donc on se retrouve coincé avec…

Pour ne rien arranger, tout l’espace du Plac Defilad est pris d’assaut par la volonté d’entreprenariat des Polonais, et la place devient un immense marché. Les immondes halles en tôles de ces marchés ayant aujourd’hui disparues, on s’est sérieusement (cette fois) posé la question de la suite, de l’aménagement des abords du PKiN.

Il y a plein de projets en cours – aucun n’a réellement commencé les travaux – afin d’entourer le PKiN d’autres gratte-ciels et le rendre ainsi un peu moins visible, et de construire des musées, une philharmonie, des immeubles résidentiels… Les choses bougent lentement, mais d’ici quelques années, il y aura bien d’autres choses à voir autour du PKiN.

 

 

Terrasse panoramique et services à gogo

 

Dans le bâtiment en lui-même, il y a bien entendu une terrasse panoramique au 31ème étage (Ouverte de 9h à 18h – 20 PLN) qui permet d’avoir, effectivement, une belle vue de la ville.

 

Vue depuis le Palais de la Culture à Varsovie - Photo d'A.Savin
> Vue depuis le Palais de la Culture à Varsovie – Photo d’A.Savin.

 

Dans le bâtiment et ses annexes, il y a :

  • plusieurs musées (Musée de l’Evolution et Musée de la Technologie),
  • des salles de concert (les Rolling Stones y sont venus dès 1967),
  • des théâtres (Studion, Dramatyczny, Lalka et 6. Piętro),
  • trois cinémas dont un multiplex,
  • une Halle des Congrès de 3000 places,
  • une université (Collegium Civitas, au 11ème et 12ème étage),
  • une piscine,
  • quelques bars et restaurants (dont celui du 30ème étage).

 

L’entrée dans le bâtiment à proprement parlé se fait par le côté est (celui qui est face à Moscou), mais en faisant le tour du bâtiment par l’extérieur, on prend la mesure de l’immensité délirante du complexe, qui a dû mobiliser des ressources pharaoniques durant des temps pourtant difficiles…

Vous pourrez également admirer les nombreuse statues socialistes sur les diverses façades du PKiN, montrant des hommes solides et des femmes volontaires éternellement figés dans des poses prolétaires et stakhanovistes…

 

Panorama depuis le Palais de culture et des sciences de Varsovie (Pkin) - Photo de Radek Kołakowski

> Panorama depuis le Palais de culture et des sciences de Varsovie (Pkin) – Photo de Radek Kołakowski

 

 

 Informations pratiques sur le PKiN à Varsovie

Le Palais des cultures et des Sciences (PKiN) se trouve dans le quartier de Śródmieście Nord à Varsovie.

Adresse: Plac Defilad 1
Accès: Métro, M1, arrêt « Centrum »
Tram: 7, 9, 22, 24, 25, 77
Bus: 117, 127, 128, 151, 158, 171, 175, 411, 507, 517, 520, 521 et 525, arrêt « Centrum »

Horaires d’ouverture de la terrasse panoramique:
Tous les jours de 9h à 18h.
Ouvertures jusqu’à 20h30 en été, avec nocturne jusqu’à minuit les vendredis et samedis soir.

Tarifs:
20 zlotys

 Site officiel: http://www.pkin.pl/en/

 

  Des visites guidées sont organisées sur les traces communistes de Varsovie .

Enregistrer

Enregistrer

Plus de Monuments de Varsovie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *