Musée d’ethnographie d’Hanoi : L’Incontournable visite du Vietnam [Hanoi ouest]

Rien n’est plus beau et intéressant qu’un lieu proposant un voyage dans le voyage. Bienvenue au musée ethnographique d’Hanoi. A ne pas manquer sous aucun prétexte pour découvrir la diversité et la richesse du Vietnam.

 

L'étonnante maison commune des Bahnar au musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

> L’étonnante maison commune des Bahnar au musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

 

 

Le musée d’ethnographie du Viêt Nam (en vietnamien : Bảo tàng dân tộc học Việt Nam) est l’un des musées les plus intéressant de Hanoï. Sur 13 200 m2 en intérieur et extérieur vous découvrirez les 54 ethnies (!) officiellement reconnus au Vietnam + d’autres ethnies de pays d’Asie du sud-est.

Le musée d’ethnographie a été conçu par l’architecte vietnamien Hà Đức Linh, membre de l’ethnie de Tày. L’ameublement a été conçu par l’architecte française Véronique Dollfus.

Une mine d’or si vous vous intéressez aux croyances, à l’architecture, à la mode ou encore à l’artisanat. De splendides maisons traditionnelles se trouvent dans le parc du musée en mode skansen (musée en plein air).

 

L'entrée du musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

> L’entrée du musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

 

 

Panorama des différentes maisons dans le « skansen » d’Hanoi… qui n’est que la partie extérieure du musée. Les collections à l’intérieur sont également superbes.

 

 

Maison des Viets

 

Les Viets sont l’ethnie majoritaire du Vietnam. Les maisons sont basses pour ne pas dépasser la maison communale et afin de mieux résister aux typhons.

 

Maison viet dans le musée ethnographique d'Hanoi.

> Maison viet dans le musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

Le salon des Viets sont très meublés et décorés : Motifs floraux (fleur d’abricotier et lotus), dragons et phénix. De nombreux caractères chinois sont intégrés le long des cloisons.

 

Intérieur d'une maison viet dans le musée ethnographique d'Hanoi.

> Intérieur richement décoré d’une maison viet dans le musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

Maison commune des Bahnar

 

Les villageois de Kon Rbang des hauts plateaux du centre du Vietnam l’ont construit sur le modèle de la maison communale datant de 1920.

La maison est construite sur de hauts pilotis à 3 m du sol et atteint 19 mètres de haut pour une surface de 90 m2.

 

Maison commune des Bahnar : La plus impressionnante du musée ethnographique d'Hanoi.

> Maison commune des Bahnar : La plus impressionnante du musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

L’outil le plus important lors de la construction est la hache à balance : Elle sert à couper le bois, à tailler les troncs, à aménager les tenons.

Pour soutenir le toit impressionnant, 8 gros piliers sont utilisés dont 4 ont 60 cm de diamètre.La charpente est composé de poutres disposées horizontalement, verticalement et diagonalement à différentes hauteurs. Elles servent à la fois de liens et de support. Les poutres longitudinales atteignent 15 mètres de long. Le toit aux pentes courbes, arrondi à la base, oppose une bonne résistance au vent en plus d’être très esthétique.

 

L'exceptionnel volume de la maison commune des Bahnar à Hanoi au Vietnam.

> L’exceptionnel volume de la maison commune des Bahnar à Hanoi au Vietnam.

L'extraordinaire charpente de la maison commune des Bahnar au musée ethnographique à Hanoi au Vietnam.

> L’extraordinaire charpente de la maison commune des Bahnar au musée ethnographique à Hanoi au Vietnam.

 

 

Maison des Ede

 

La maison est longue de 42,5 mètres et de 6 mètres de large construite sur des pilotis de 1 mètre de haut.

 

Entrée principale de la maison des Ede au musée ethnographique d'Hanoi.

> Entrée principale de la maison des Ede au musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

Elle est traditionnellement orienté selon l’axe nord/sud : A l’extrémité nord se trouve l’entrée principale, c’est la partie réservée aux invités. La partie sud est réservée à la famille.

Les longues maisons étaient l’habitation des grandes familles matrilinéaires. Les maisons pouvaient atteindre jusqu’à 200 mètres de longs.
On trouvait encore dans les années 70 des maisons de 50/60 mètres. Elles sont fractionnées depuis les années 80, des maisons plus petites accueillent un couple unique.

 

Espace fractionné de la maison des Ede au musée des ethnies du Vietnam à Hanoi.

> Espace fractionné de la maison des Ede au musée des ethnies du Vietnam à Hanoi.

 

 

Le vaste espace, appelé Gah par les Ede, occupe un peu plus de la moitié de la maison. Les poutres et les piliers sont décorés de motifs. La salle est composé de gros meubles, longs bancs, lits de camps, façonné chacun dans un madrier unique en bois massif. D’autres biens, grand tambour, gongs, jarres et et grandes marmites de cuivre y sont disposés pour montrer le statut de la famille.

 

 

Gigantesque pièce dans la maison des Ede au musée ethnographique d'Hanoi.

> Gigantesque pièce dans la maison des Ede au musée ethnographique d’Hanoi.

Poutre sculptée au motif d'éléphant dans la maison des Ede au musée ethnographique d'Hanoi.

> Poutre sculptée au motif d’éléphant dans la maison des Ede au musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

Dans le Gah ont lieu les réceptions, les réunions et les rites familiaux. Lors des Évènements, on joue des gongs et du tambour et on boit de l’alcool de jarre.

Les jeunes hommes célibataires, les veufs et les divorcés ayant quitté le domicile de leur épouse selon la tradition matrilinéaire dorment dans cette salle.

 

 

Tombes collectives du musée ethnographique d’Hanoi

 

Ces tombes ont été construites par des villageois de Mrong Ngo, district de Chu Pah, province de Gia Lai (centre du Vietnam au sud de Hoi An).

 

Tombes collectives du musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

> Tombes collectives du musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

 

 

Ces tombes peuvent accueillir jusqu’à 30 morts. Les sculptures représentent des êtres humains aux attitudes sexuelles suggestives. Autrement dit des phallus en érection. Ainsi que des femmes enceintes, symbole de fertilité. Les autres personnages sont les serviteurs des morts dans l’au delà.

 

Une érection de l'au de là au musée ethnographique d'Hanoi.

> Une érection de l’au de là au musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

Le toit de planches est recouvert d’une vannerie en bambou dont les motifs sont en pigments naturels. A l’intérieur sont placés les objets nécessaire aux défunts dans l’autre monde : Ustensiles de cuisine et outils en modèle réduits.

 

Vannerie en bambou sur la tombe collectif exposée au musée ethnographique d'Hanoi.

> Vannerie en bambou sur la tombe collectif exposée au musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

Maison des Hani

 

La maison est construite sur le modèle d’une maison du village de Lao Chai, commune de Y Ty dans le district de Bat Xat, Lao Cai (Nord du Vietnam).

 

Maison des Hani au musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

> Maison des Hani au musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

 

 

Quelques chiffres : 80 m2 de surface, 56 jours de construction par 20 villageois, 45 cm d’épaisseur et 4 mètres de hauteur pour les murs. 150 mètres cube d’argile et 14 mètres cubes de pierres.

Les murs sont un mélange d’argile et de pierres. Des moules en bois servent de coffrage. Des pilons permettent de tasser les pierres, le bambou et la terre.

Le toit en herbe à paillote est épais de 45 cm. Les grosses gerbes sont disposées sur le toit, les tiges vers le bars. Environ 10 tonnes d’herbes (1500 gerbes) furent utilisés pour cette maison.

 

Mur en terre bambou de la maison des Hani au musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

> Mur en terre bambou de la maison des Hani au musée ethnographique du Vietnam à Hanoi.

 

 

A côté de la maison se trouve l’étable/écurie. Dans l’écurie sont gardés les selles des chevaux, le bois de chauffe, la paille et l’herbe sèche pour le bétails. L’étable est la partie aérée à l’arrière du bâtiment. Sur la mezzanine au dessus de l’étable sont rangés le métier à tisser, les outils aratoires et les objets ménagers. Les garçons y dorment lorsqu’ils rentrent tard.

Aujourd’hui les Hani ne séparent plus l’écurie et l’étable. Lors du nouvel an lunaire, des encens sont plantés à l’entrée du bâtiment pour demander aux génies de protéger les animaux.

 

 

Maison des Hmongs

 

La maison des Hmongs vient du village de De Cho Chua dans le district de Mu Cang Chai, province de Yen Bai (Vietnam du nord).

 

Maison des Hmongs dans le musée ethnographique d'Hanoi au Vietnam.

> Maison des Hmongs dans le musée ethnographique d’Hanoi au Vietnam.

 

 

Elle est construite en bois de Siam, un conifère caractéristique des forêts de la région.

Le toit est recouvert d’environ 600 bardeaux, chacun de 1,2 mètres de long sur 30 à 40 centimètres de larges.  Certains bardeaux peuvent être déplacer pour laisser passer la lumière et permettre aux femmes de tisser à l’intérieur.

 

Bardeau du toit de la maison hmong du musée ethnographique d'Hanoi.

> Bardeau du toit de la maison hmong du musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

Maison des Yao

 

Le modèle est une maison du village de Khe Mu, district de Bao Thang, province de Lâo Cai (Vietnam du nord).

La maison est à moitié sur sol et à moitié sur pilotis, ce qui adapté aux fortes pentes. Les douzes piliers principaux, vieux de 60/70 ans en troncs de l’arbre tho, un bois très résistant aux insectes; constituaient des biens familiaux pour les nouvelles constructions.

 

Maison des Yao dans le musée d'ethnographie d'Hanoi.

> Maison des Yao dans le musée d’ethnographie d’Hanoi.

 

 

La terrasse devant les fenêtres sert au séchage du linge, au bain, à la préparation de l’indigo et à la teinture des textiles. Le grenier sert à conserver le riz, le mais et les haricots.

Le toit en bambou doit être changer tous les 5 ou 6 ans.

 

> Maison des Yao dans le musée d'ethnographie d'Hanoi.

> Maison des Yao dans le musée d’ethnographie d’Hanoi.

 

 

Selon la tradition, le chef de famille réalise le rituel de fin de construction frappant 3 fois le toit avec un couteau il dit « est-on le soir », on lui répond « oui il fait nuit ». Voilà voilà.

 

 

Maison des Tay

 

La maison est issue du village de Tham Roc, province de Thai Nguyen (Vietnam du nord).

La technique traditionnelle traite les matériaux : Les bois et les bambous sont laissés dans une eaux boueuses de 3 à 6 mois pour être plus résistant aux insectes. La maison du musée est couverte de 6000 feuilles de palmier. Les parois de la maison et les volets en vanneries sont tressés de lamelles de bambous.

 

 

Maison Tay dans le musée ethnographique d'Hanoi.

> Maison Tay dans le musée ethnographique d’Hanoi.

Construction en bambou de la maison Tay dans le musée ethnographique d'Hanoi.

> Construction en bambou de la maison Tay dans le musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

De tradition patrilinéaire, les familles vénèrent 3 générations d’ancêtres. Le lieu de culte est marqué par une feuille de papier traditionnel collé sur le mur du fond face à la porte d’entrée. Au pied du mur, un tube de bambou pour les batons d’encens.

Le pilier maître qui sépare la pièce du fourneau de la pièce centrale est la résidence du génie de la maison. Les Hmongs évitent d’y enfoncer des clous ou d’y accrocher des vêtements. A l’occasion du nouvel an, on y colle une feuille de papier traditionnel et on y projette de l’eau ou de l’alcool pour le purifier.

En haut dans le grenier, on stocke le mais, le riz et divers objets.

 

Intérieur de la maison Tay dans le musée ethnographique d'Hanoi.

> Intérieur de la maison Tay dans le musée ethnographique d’Hanoi.

Cloison en bambou de la maison Tay dans le musée ethnographique d'Hanoi.

> Cloison en bambou de la maison Tay dans le musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

Maisons des Chams

 

Les Chams sont une ethnie matrilinéaire. Musulman et brahmanique (reconnaissant des dieux hindous ? ou le système de caste ?), ils sont les descendants des Champas. Royaume avec lequel les Viets furent en guerre de nombreux siècles. Le Sanctuaire de My Son en centre Vietnam est l’un des héritages de cette civilisation.

 

Maisons des Chams au musée ethnographique d'Hanoi.

> Maisons des Chams au musée ethnographique d’Hanoi.

> Charpente en bambou de la maison des Chams au musée ethnographique d'Hanoi.

> Charpente en bambou de la maison des Chams au musée ethnographique d’Hanoi.

 

 

  • Sang Lam, la maison des chefs de famille. Constructions de prestige pour les aristocrates et les prêtres. La maison est construite de bois précieux et décoré de nombreux motifs sculptées. Elle a un double toit : Celui intérieur est en torchis de paille et de boue procure une bonne isolation et réduit les risque d’incendie. Le couloir sert de lieux de tissage. La grande pièce est la pièce commune et le lieu de réception. Un entrepôt et une chambre à coucher complète la maison.
  • Sang Mayau, une maison est dédiée au couple de la soeur ainée, lorsque la soeur cadette fonde sa famille et occupe la maison coutumière.
  • Une autre maison enfin est dédié aux dignitaires ou aux personnes de plus de 50 ans. Orienté à l’est en direction du soleil levant et des divinités.

 

 

Informations pratiques sur le musée ethnographique d’Hanoi

 

Le musée d’ethnographie du Vietnam à Hanoi se trouve dans l’ouest de la capitale vietnamienne.

Adresse : Nguyễn Văn Huyên, Nghĩa Đô, Cầu Giấy, Hà Nội, Vietnam
Horaires : Tous les jours de 08:30–17:30. Fermé le lundi.

Accès et prix d’entrée : http://www.vme.org.vn/accueil/

Maciej

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Plus de Monuments à Hanoi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.