Bangkok ne fait pas l’unanimité.  

 

Pourquoi aller à Bangkok
> Pourquoi aller à Bangkok.

 

 

  • Ceux qui y passent en transit rapide vers le nord ou le sud de la Thailande la trouvent bruyante, sale, étourdissante, trop grande, grouillante, anarchique.
  • Ceux qui restent plus longtemps ne tarissent pas d’éloges sur la capitale de la Thailande, mégalopole de 11 millions d’habitants.

 

Bangkok est le coeur culturel, économique et polique de la Thailande. La résidence principale de la famille royale. Une ville cosmopolite avec la plus forte minorité japonaise en dehors du Japon. Des Chinois, Indiens, Laotiens, Cambodgiens, Vietnamiens, des Nigérians et des expatriés du monde entier.

Une physionomie digne d’un roman ou d’une BD de science fiction avec des autoroutes sur plusieurs niveaux, des métros aériens rapides, un trafic dense de voitures, motos, tuk tuk, un réseau de canaux parcourus dans des bateaux bondés.

Des contrastes saisissants entre les gratte ciels de verre innombrables et les cahutes brinquebalantes en bois au bord des canaux chariant un eau sale et odorante. Les murs lépreux des habitations et les écrans de publicité rayonnant au dessus des avenues prestigieuses. Des centres commerciaux climatisés et les marchés en plein air à la chaleur écrasante. Les stands de street food et les bars en rooftop d’hotels de luxe.

Ajoutez-y une pluie battante pendant la mousson et vous êtes dans une version colorée de Blade Runner.

Bangkok en met plein la vue dés votre transfert de l’aéroport au centre ville. Le Skytrain, le métro aérien (ou BTS) parcoure d’abord une végétation tropicale de bananiers et de cocotiers pour ensuite s’enfoncer dans une jungle encore plus dense d’immeubles, parking, routes, magasins. Les noeuds inextricables de cables électriques ne semblent être là pour longtemps avant que la nature reprennent ces droits.

Plus grande et moderne que Saigon (ou Ho Chi Minh), l’autre mégalopole du Sud Est Asiatique, Bangkok évoque les mégalopoles japonaises de Tokyo et d’Osaka avec un côté moins policé, plus mouate et bordélique.

On retient souvent de la ville appellé la Sin City d’Asie le nombre de maisons closes déguisés en salle de massage. On se surprend pourtant à croiser des moines en toges safran pieds nus sur l’asphaste, à entendre des prières bouddhistes ou l’appel à la prière des musulmans.

Ajoutez à cette déferlante d’images et de sons, de larges avenues décorées du portait royal, des ruelles couvertes d’art de rue, des temples aux dorures et aux mosaiques un brin kitsch, des batiments officiels où flottent des drapeaux, des monuments imposants, des stupas (?) pointant vers le ciel et vous comprendrez pourquoi Bangkok donne le tournis.

Et encore je vous passe les marchés, les étals de fruits, les fleurs en guirlande, les odeurs d’encens. Bangkok ne laisse personne de marbres.

A défaut de couvrir de manière exhaustive cette gigantesque cité, voici quelques idées de quartiers, monuments, musées ou lieux intéressant à découvrir si vous décidez de prendre le temps. Et cela en vaut la peine.    


Pourquoi aller à Bangkok ?
Pourquoi aller à Bangkok

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.