Atmosphère de Riga

La Lettonie n’a pas choisi ses voisins. Son histoire se confond en partie avec celle de ses occupants jusqu’à la récente indépendance.

 

 

Croisade baltes et colonisation allemande

 

Vers 1200, les Croisés se détournent en partie du Proche-Orient. Il est temps pour l’église d’ouvrir un nouveau front, de porter plus loin la croix, de massacrer ou convertir de nouveaux peuples paiens.

 

Il se trouve qu’au nord-est de l’Europe au dessus de la catholique Pologne des terres restent « sauvages ». Des chevaliers germains débarquent en 1201 avec Albert de Brême à la proue du bateau. 5 ans plus tard la région est christianisée. La proverbiale efficacité allemande en action.

 

 

> Croisade livonienne et croisés allemands : Marchands, soldats et prêtres.

 

Le chêne, l'arbre sacré des paiens sur l'emblème de la ville de Sējas à quelques km de Riga.

> Le chêne, l’arbre sacré des paiens sur l’emblème de la ville de Sējas à quelques km de Riga.

 

 

Riga, la Lettonie, Tallinn et l’Estonie connaitront une histoire assez proche. Les colons allemands formeront l’élite du pays quelques soit l’occupant (Suédois, Russe, Polonais) tenant les autochtones dans une position proche du servage.

 

Riga fût fondée comme un port entre Baltique et l’intérieur des terres facilement accessibles via le fleuve Daugava. Du 13 au 15e siècle, Riga est un des ports au succès florissant de la ligue Hansétique. L’union marchande et militaire relie les villes de la mer Baltique et de la mer du nord :  Londres, Bruges, Hambourg, Lubbeck,  Gdansk, Cracovie, Tallinn…

 

Riga est avec Tallin le port le plus à l’est. Des liaisons avec Novgorod – aujourd’hui en Russie, fournissent fourrures, cires, goudrons contre métal, bière, vin..

 

 

Panorama de Riga en 1650 - Illustration de Johann Christoph Brotze

> Panorama de Riga en 1650 – Illustration de Johann Christoph Brotze

Port de Riga vers 1650-1700.

> Port de Riga vers 1650-1700.

 

 

Les marins font circuler les marchandises, les hommes et les idées. En 1522, la réforme entame le pouvoir des évêques. Le protestantisme est largement adopté.

 

En 1600, les appétits s’aiguisent autour de la Baltique : Suédois (1621), Polonais et Russe (1710) occuperont tour à tour Riga.

 

Riga sera pour le tsar Pierre le Grand son port ouvert sur l’occident avant la construction de Saint Petersbourg.

 

Quai de Riga en 1890 alors dans l'Empire russe.

> Quai de Riga en 1890 alors dans l’Empire russe.

 

 

 

1918/1990 : De l’indépendance à l’indépendance

 

 

La révolution d’octobre à Saint Petersbourg, la chute de l’empire russe, puis la défaite allemande en 1918 sonnent comme l’occasion rêvée : La Lettonie déclare son indépendance. Les descendant allemands restent l’élite privilégiée alors que les nationalistes rallient de plus en plus de voix.

 

Une partie de la Vieille Ville est détruite pour effacer les traces allemandes de la participation à la Hanse. Des lois sont votés pour privilégier les Lettons par rapports aux Allemands, Juifs ou Polonais.

 

1939, seconde guerre mondiale. D’abord envahi par les Soviétiques, puis par les Nazis, puis de nouveau par les Soviétiques. La ville souffre de quelques destructions mais rien de comparable avec Leningrad, Varsovie, Dresden ou Berlin. Deux divisions SS seront formés de Lettons pour « combattre le bolchévisme ». Les guillemets c’est pour éviter de reprendre tel quel la propagande nazie.

 

 

Théâtre National de Riga en 1940 sous l'occupation soviétique.

> Théâtre National de Riga en 1940 sous l’occupation soviétique.

Division SS lettone en novembre 1943 à Riga.

> Division SS lettone en novembre 1943 à Riga.

 

 

Riga se retrouvent incorporée en 1945 dans l’URSS, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Les « anciens maîtres » allemands sont partis… remplacés par les Russes.

 

Une politique d’émigration est organisée par Moscou pour « russifier » les pays baltes. Russes, mais aussi Ukrainiens et Biélorusses affluent et travaillent dans l’industrie. Les émigrés constitueront jusqu’à 50% de la population de la Lettonie.

 

 

 

Statue de Lénine en Lettonie pendant l'URSS.

> Statue de Lénine en Lettonie pendant l’URSS.

 

 

 

1991, la chute de l’URSS provoque les déclarations d’indépendance des pays Baltes.

 

 

Barricade sur la rue Jēkaba à Riga pour protéger le parlement letton de l'armée rouge - Photo de Apdency

> Barricade sur la rue Jēkaba à Riga pour protéger le parlement letton de l’armée rouge – Photo de Apdency

 

 

 

UE, OTAN et EURO

 

En 2004, le pays rejoint l’UE et l’OTAN puis l’Euro  en 2014 autant dire que l’indépendance fût de courte durée.

 

L’économie de la Lettonie est aujourd’hui peu compétitive par rapport à celle d’Europe de l’ouest. Le passage à l’Euro a eu pour effet d’augmenter les prix et d’empecher toute politique monétaire. Le pays n’a ni une population importante (qui pourrait justifier des investissements étrangers), ni des salaires bas (par rapport à la Roumanie ou à la Bulgarie), ni la proximité avec l’Allemagne comme atout. La encore : Pologne, République tchèque et Slovaquie restent mieux placées.

 

Les anciens partenaires économiques orientaux, russes et biélorusses sont de l’autre côté du mur séparant la forteresse Europe du reste du monde. Les embargos voulus contre Moscou par Washington compliquent la situation économique des pays baltes en marge de l’Europe.

 

Sans parler des démonstrations de forces militaires de part et d’autre. Les bases militaires américaines se multiplient dans les pays baltes. Quand la sécurité ressemble à une agression, « la paix c’est la guerre »…

Devant des perspectives peu engageantes, la solution comme souvent reste l’émigration. Les jeunes LettonNEs quittent le pays en direction du Royaume-Uni, de l’Allemagne, de la Scandinavie à la recherche d’un emploi mieux payé qu’en Lettonie.

 

Alors que Riga est LA ville-capitale-pays avec 70% de la population, 80% des étudiants, une surreprésentation d’entreprises… Riga perd de sa population d’années en années.

Art nouveau à Riga : Histoire et plus belles constructions

7558512158_1ecce43295_b.jpg 0

L’art nouveau a déferlé sur Riga en l’espace de quelques années laissant un très grand nombre de constructions dans tous les quartiers de la ville.       Vous trouverez des beaux bâtiments dans la Vieille Ville (Vecriga), le centre ville Centrs et même à Pardagauva de l’autre coté du fleuve. La majorité se situe dans le quartier Centrs et...

Les derniers articles sur Atmosphère de Riga