T’es fan de Janis Joplin ? Tu voudrais savoir où elle a chanté pour la première fois à San Francisco, où elle a dealé du speed et piquée son plus beau morceau à une vieille chanteuse de Blues ? Vanupied organise la visite guidée. En voiture.

Janis Joplin
> Janis Joplin.

 

Arrivée du Texas…

 

Janvier 1963. Janis Lyn Joplin débarque du Texas avec son ami Chet Helms, une petite valise et deux passions : la musique folk et les pilules d’amphétamine. Le soir de son arrivée en ville, elle profite d’un open-mic pour se produire au Coffee and Confusion, un café d’Upper Grant Street, dans le quartier de North Beach.

 

…Et retour en catastrophe

 

Printemps 1965, alors domiciliée dans une maison délabrée et remplie de camés sur Geary Street (la même rue que le Fillmore), elle tombe en dépression nerveuse. Assurant jusque-là sa survie en dealant du speed, une drogue qu’elle consomme à outrance, elle a cramée la chandelle par les deux bouts et se retrouve plus maigre que jamais. Direction la gare routière : un billet pour le Texas. Retour chez papa-maman, où ses camarades de classe l’avaient autrefois élue garçon (sic) le plus moche du campus. D’ailleurs, elle fait référence à leur méchanceté dans cette interview avec Dick Cavett (ne ratez pas l’incroyable live qui suit) :

Retour triomphal, Ball & Chains.

En Juin 1966, Chet Helms (l’ami avec qui elle avait débarqué en ville 3 ans plutôt) ouvre sa propre salle de concert, l’Avalon Ballroom, en concurrence directe au Fillmore de Bill Graham. Il convainc Janis de revenir en ville, persuadé qu’elle a un rôle à jouer sur la scène émergente. Plus bluesy que jamais, Janis donne son premier concert avec le Big Brother And Holding Company à l’Avalon, à l’angle des rues Sutter et Van Ness.

Début 1967, Janis quitte les collines de Lagutinas, où elle vivait en communauté depuis son retour, pour revenir en ville avec son fiancé, au 122 de Lyon Street (tout près du Buena Vista Park). C’est dans les coulisses d’une petite boîte de Divisadero Street (peut-être The Independant, au 628), après un concert de Willie Mae « Big Mama » Thornton, que Janis Joplin demande à la chanteuse blues l’autorisation de reprendre Ball and Chain, le morceau qui marquera le climax de son apparition a festival pop de Monterey. Sans doute l’un des plus glorieux moments de sa courte arrière.

 

La mort de Pearl

 

En septembre, elle part à Los Angeles travailler l’album Pearl avec sa nouvelle formation. Le 4 octobre 1970, elle enregistre la chanson Me and Bobby McGee et quitte le studio sans la réécouter.

Seule dans sa chambre du Landmark Hotel à Hollywood, elle se fixe un dernier shoot d’héro avant d’aller dormir. Trop Pure. Son décès par overdose est estimé à 1h40 du matin.

Du fin fond du Texas au Strip de LA : une étrange trajectoire parallèle à celle du rappeur Pimp C, autre légende musicale born and raised à Port Arthur, toute petite ville des environs de Houston. Egalement alcoolo, ex-dealer et amateur de plaisirs chimiques, la moitié torturée du duo UGK -un groupe pionnier du rap sudiste-, il a lui aussi vu sa trajectoire s’achever dans la solitude d’une chambre d’hôtel d’Hollywood, le 4 décembre 2007.

 


You are currently viewing Janis Joplin Tour : Texas, San Francisco, Los Angeles

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.