Le 23 janvier 1847 est annoncée la naissance de la ville de San Francisco, en lieu et place du village Yerba Buena. Persuadés du bel avenir de leur ville, les habitants ont voulu mettre un terme à la concurrence jugée déloyale de Francesca, une ville nouvellement fondée à l’est de la baie. Cette ville changera de nom au profit de Benicia.

 

San Francisco après le tremblement de terre de 1906.
> San Francisco après le tremblement de terre de 1906.

 

 

Eldorado ou la ruée vers l’or

 

1848 : La ville compte seulement 700 habitants quand se répand la rumeur de la découverte d’or à Coloma, dans le lit de l’American River (à 200 km de la ville). L’arrivée de prospecteurs voit la population tripler avant la fin du calendrier. L’année suivante, 40 000 nouveaux arrivants débarquent par la mer, et autant par les terres. On est en quelle année ? 1849. On a qu’à les appeler forty-niners. Quand on montera une équipe de foot, ça sera toujours un meilleur nom que « les jeunes glandeurs » ou « les amis de l’acide ». Non ?

Frisco devient le centre d’activité de la baie, le boom dure jusqu’à ce que l’or abonde, c’est-à-dire jusqu’au krach boursier du 23 février 1855. A ce stade, c’est une ville désordonnée faite de rues droites et parsemée de collines laissées vacantes par des promoteurs trop pressés d’étendre la ville là où il est plus facile de construire.

 

Guerre avec le Mexique et annexion américaine

 

1850 : La Californie est vendue aux Etats-Unis par le gouvernement mexicain. Par le traité de Guadalupe Hidalgo (qui mit un terme à la guerre americano-mexicaine) elle devient officiellement le 31ème territoire de l’Union.

En réalité, Yerba Buena était déjà sous contrôle américain depuis 4 ans, avec l’arrivée du Portsmouth, un bâtiment de l’US Navy (à ce moment-là, le village ne comptait que 150 habitants).

 

Naissance de Chinatown

 

1861 : Le télégraphe relie enfin les san-franciscains à leurs cousins new-yorkais.

La ville reste une des dernières « oubliées » du réseau ferroviaire, jusqu’en 1965. Cette date marque d’ailleurs la fin des grands travaux du chemin de fer : des milliers d’ouvriers chinois et d’émigrants ayant fui la guerre de l’opium se retrouvent sans travail et posent leurs valises dans la baie.

Preuve de son ancienneté, Chinatown a son entrée sur Grant Street, la plus vieille rue de la ville. La plus ancienne place de la ville, où fût plantée pour la première fois le drapeau US, est aujourd’hui complètement entourée d’enseignes cantonaises et sert de dojo géant pour la séance de tai chi matinale des riverains.

 

Fresque "socialiste" de la Coit Tower à San Francisco
> Fresque « socialiste » de la Coit Tower à San Francisco.

 

Bien qu’elle compte aujourd’hui moins de 800 000 habitants dans sa globalité, San Francisco reste la plus grande ville chinoise des Etats-Unis (après New-York).

 


You are currently viewing Histoire de San Francisco : De l’Eldorado à Chinatown
Histoire de San Francisco, ici après le tremblement de terre

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.