Pendant que les étudiants de la Sorbonne jouent à l’insurrection derrière des barricades, que fabriquent les jeunes de la Bay Area ? Ils oublient qu’ils s’aimaient tous un an plus tôt et plongent à pieds joints dans la violence et la haine.

 

Summer of love - Portrait de Félix Fénéon de Paul Signac
> La fin de la summer of love – « Portrait de Félix Fénéon » de Paul Signac.

 

 

L’été de la haine

 

L’année qui succède au Summer of Love de 1967 avait pourtant bien commencé, mais alors que le Jefferson Airplane acquiert un manoir de 17 pièces au 2400 Fulton street, Martin Luther King est assassiné à Memphis. Des émeutes raciales éclatent dans tout le pays. Pire : en juillet s’achève l’offensive du Têt, une gigantesque contre-attaque Viet-Cong qui terrasse le moral du public américain, jusqu’alors persuadé d’un succès définitif et imminent de ses troupes.

Au Summer of Love succède l’été de la haine. Au vu des heurts croissant qui opposent les hippies à la communauté noire du quartier, Bill Graham est contraint de déménager (!) la salle de concert du Fillmore à l’angle de Market Street et Van Ness, plus près du quartier d’affaires.

 

 

Oakland et l’avènement des Black Panthers

 

Les tenants de la lutte pour les droits des noirs abandonnent vite les marches pacifiques après la mort du pasteur King. C’est désormais l’heure de Malcolm X et d’Huey P Newton et ses Black Panthers. C’est de l’autre côté du Bay Area Bridge, à Oakland, que cette organisation voit pour la première des noirs prendre les armes pour « patrouiller » dans leur propre communauté.

 

 

Américains et terroristes : les Weathermen

 

5 ans après l’assassinat de Kennedy, il ne s’agit plus de fumer des joints pour pester contre le puritanisme et la vie toute tracée de papa-maman : la jeunesse américaine découvre avec horreur que leurs élites peuvent les trahir. Les étudiants de la nouvelle gauche n’échappent pas à la radicalisation ambiante et embrassent à leur tour la nouvelle passion du pays : la violence. Le groupe des Students for a Democratic Society voient naître en leur sein une faction terroriste. Les Weathermen feront sauter des bureaux de la CIA, des commissariats et plusieurs agences de recrutement de l’armée.


You are currently viewing San Francisco, le tournant amer de 1968

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.