A cause des jolies devantures victoriennes de Nob Hill et de Russian Hill (situées juste derrière North Beach), et de la douceur de vivre supposée de ces quarties (une réputation pas du tout usurpée), San Francisco a été le théâtre de pas mal de sitcom télés et d’une série littéraire, la plus célèbre de toutes.

 

Douceur de vivre et bidonnages

 

Passons sur les rues de San Francisco, le gros pif de Karl Maden (un sosie du Dr Magoo) et le début de carrière de Michael Douglas. C’était avant qu’il n’incarne systématiquement les wonderboys capitalistes à l’écran. Ce qui frappe, c’est ce lot de séries toutes plus nazes les unes que les autres qui se sont succéder dans les années 90 : Sliders, Charmed, La Fête à la maison ou La Vie à Cinq. Des séries tellement bidons qu’elles sont toutes tournées à LA ou au Canada.

 

Les Chroniques de San Francisco d’Armisted Maupin

 

S’il est une série qui rend justice au bon-vivre du coin, c’est bien celle d’Armistead Maupin : Les Chroniques de San Francisco (Tales of the City en VO). Barbary Lane et la maison d’Anna Madrigal n’existent bien sûr pas, mais l’adaptation télé des livres de Maupin a donné au monde entier la possibilité de découvrir un des endroits les plus beaux et les plus secrets de la ville : Macondry Lane.

Située à trois blocs de Russian Hill Park, dans le prolongement de Taylor Street, cette minuscule rue piétonne et boisée illustre parfaitement le charme de la ville, et pas seulement parce qu’elle donne vue sur Alcatraz et la baie. A voir absolument.


Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.