Coffeehouses, Diners, petits restos… San Francisco regorgent d’endroits adorables (hormis Downtown) où dîner à un prix raisonnable. Idem pour les bars. Ensuite il faut sortir, et là, une petite présélection s’impose.

 

"

 

Club et discothèque : Electro classe

 

Le 1025 Folsom (au 1025 de la rue Folsom !) est à conseiller aux amateurs d’électro : c’est notamment là que Diplo et le canadien Ghislain Poirier ont fêté le réveillon 2009 avec pas mal de pointures locales.Jamais mis les pieds au Mighty (119 Utah Street), mais c’est d’après le magazine branché URB (l’équivalent US de Technikart, grosso modo) « le meilleur nouveau club de tout le pays » ( !). Y a pire comme réputation.

 

Et les concerts ?

 

Pour ceux qui sont plutôt live, je recommande le 628 de Divisadero Street, mais pas à l’aveuglette : The Independent programme des têtes d’affiches reggae comme Anthony B, ou électro comme MSTRKRFT, mais aussi un paquet de groupes de rock US qu’on croirait sortis d’une pub GAP, encore plus cons qu’un générique de Friends.

 

The Matrix Fillmore, ou l’histoire du clubbing made in San Francisco

Rien à voir avec le film, cette matrice-là est une ancienne pizzeria devenue la toute première salle de concert du mythique Jefferson Airplane, avant de se muer en club frime typiquement US. Une sorte de parabole de cette ville où nombre de coffeehouses typiques on été remplacés par une soixantaine de Starbucks.     Naissance du Jefferson Airplane   Printemps…

Fermer le menu