Visiter Fès (tourisme au Maroc) : Quoi faire en 2, 3 jours ? [2017]

Fès est l’une des plus ancienne cité marocaine, sa Médina classée à L’UNESCO est un voyage dans les splendeurs de l’orient médieval.

 

Medersa Bou Inania à Fès - Photo de Dave Morris

> Medersa Bou Inania à Fès – Photo de Dave Morris

 

 

Fès est  l’une des capitales de la civilisation arabo-musulmane aux côtés de Damas, Cordoue, Bagdad et du Caire. Fès fût en centre de réseau allant du Mali et du Sénégal, à l’Algérie, l’Espagne, la Tunisie, la France à travers Marseille…

Plusieurs surnoms la désigne de Mecque de l’ouest ou d’Athènes d’Afrique.

Tant d’honneur pour décrire une ville à plusieurs facettes. La capitale culturelle, religieuse et culinaire du Maroc serait aussi une ville nostalgique pour certain, une société austère et hypocrite pour d’autres.

L’orientaliste Roger le Tourneau décrit les habitants de Fès comme un mélange complexe : « L’Arabe a apporté sa noblesse, l’Andalou son raffinement, le Karouanais sa dextérité, le Juif son astuce, le Berbère sa ténacité ».

 

 

Fès c’est en quelques chiffres :

  • Altitude : 370 m,
  • 1 112 000 habitants intra muros : C’est la 2e ville la plus peuplée du Maroc après Casablanca, la capitale économique du Royaume,
  • 12 portes, entre 9500 et 10 000 ruelles, 9 369 maisons présentant un intérêt architectural, 9600 ateliers d’artisans, 250 édifices religieux dont 143 mosquées et 8 médersas, 300 fondouks, 3500 puits dans la Médina et…
  • 0 voiture. La Médina est la plus grande zone piétonne du monde devant Venise.
  • 859 : Date de la fondation de la première université au monde toujours en activité à Fès.
  • 1 euro = 10 dirham marocain (DH).

 

Quelques définitions utiles et pratiques pour comprendre la suite (merci wikipedia) :

  • Casbah : Fortifications militaires.
  • Fondouk : Les fondouks (ou caravansérails) sont des hôtels, entrepôts et des lieux d’échanges entre les artisans et les étrangers. Il s’agit de vastes maisons organisées autour d’une cour centrale avec au rez-de-chaussée des ateliers et des écuries pour les chameaux et à l’étage des chambres (pour les marchands et les voyageurs).
  • Médersa : La médersa est une école laïque ou religieuse. Il peut s’agir d’une université théologique musulmane mais il s’agit principalement d’un lieu où l’on étudie le droit.
  • Médina : C’est « ville » en arabe. C’est aussi le nom donnée à la partie ancienne d’une ville musulmane (passé ou présent) par opposition aux quartiers modernes de type européen.
  • Sultan : Monarque ou roi.
  • Riad : De l’arabe pour « jardin ». Il s’agit d’une maison traditionnelle des Médina marocaine. Le riad oppose à la rue des murs sans fenêtres. Les pièces de la maisons haute d’un ou plusieurs étages sont ouvertes sur un patio planté d’arbres et arrosé d’une fontaine. Ces maisons s’inspire de l’architecture arabo-andalouse et évoque l’atrium romain ou les jardins persans.
  • Zellige : Mosaïque dont les éléments, appelés tesselles, sont des morceaux de carreaux de faïence colorés. Ces morceaux de terre cuite émaillée sont découpés un à un et assemblés sur un lit de mortier pour former un assemblage géométrique.
  • Zaouïa, (zaouiya, zawiya ou zawiyah) est un édifice religieux musulman. C’est le centre spirituel et social d’une confrérie ou communauté.

 

Ce mini guide n’a rien d’exhaustif mais c’est l’occasion pour nous de partager quelques infos et bons plans. C’est déjà ça de pris. Des liens pour trouver les adresses et des photos pour vous donner envie d’y faire un saut.

 

 

Tous les lieux du mini-guide de Fès sur cette carte

Cliquer sur cette icône ci dessous Capture d’écran 2016-08-30 à 16.11.26 pour sélectionner / désélectionner les calques : Hôtels, monuments, musées, bars, où sortir, shopping…

 

 

Télécharger une carte de Fès en pdf.

 

 

Histoire de Fès

L’histoire de Fès épouse l’histoire du Maroc dont elle est la 1ere ville musulmane. Longtemps capitale puis rivale de Marrakech ou Meknes ou Rabat aujourd’hui, Fès est la capitale spirituelle du pays.

 

Fondation de Fès

Avant l’arrivée des Arabes, ce territoire est peuplés de Berbères. Il l’est aussi après. Schématiquement alors les Arabes sont citadins, les Berbères plus ruraux.

Fès est fondée en 788 par Idriss ben Abdellah, le fondateur de la première dynastie musulmane au Maghreb : Les Idrissides.

Le lieu choisi sera au carrefour de plusieurs routes commerciales rejoignant :

  • Le sud (Sijilmissa & le Mali) au nord (Ports de Tanger et de Ceuta),
  • L’est (Marrakech) et l’ouest (Tlemcen, Tunis et plus loin le Caire et la Mecque ou Damas).

 

La future Fès abonde en eau avec la rivière Oued Fès et des sources jaillissantes. Les environs sont propre à la culture agricole et recèle des matériaux nécessaires à la construction : Pierre, argile et bois des montagnes du moyen Atlas.

 

Des familles expulsées de Cordoue (actuelle Espagne) et de Kairouan (actuelle Tunisie) peuplent progressivement les deux rives de la rivière en deux villes séparées :

  • La rive des Andalous sur la rive gauche,
  • La rive des Karouanais sur la rive droite.

 

L’aristocrate kairouanaise Fatima el Fihriya fonde en 859, la mosquée Quaraouiyine. Elle deviendra la première université musulmane et peut être la première au monde avant celle de Bologne en Italie. Sur l’autre rive est construite la mosquée Al-Andalus.

Avec la dynastie des Almoravides, les rives sont unifiées dans une enceinte fortifiée (1069) : L’actuelle Médina.

Sous les rigoristes Almohades, la ville s’agrandit et devient un centre intellectuel important.

 

Ancienne carte postale de la médina de Fès vers 1900.

> Ancienne carte postale de la médina de Fès vers 1900.

 

 

L’âge d’or de Fès

L’arrivée de la nouvelle dynastie des Mérinides marque un tournant majeur.

A l’étroit dans ses fortifications, Abou Youssef décident de quitter la Casbah Nouar au sein de la Médina et de fonder un nouveau quartier plus à l’ouest en 1276 : Fès la blanche, la neuve ou Fès El Jedid en arabe.

Un palais est construit, le quartier accueille des soldats (le Mellah) et des quartiers résidentiels le tout bientôt protégé de fortifications. Le nouveau pouvoir ne fait pas l’unanimité au sein de la population autant ne pas prendre de risques.

Plusieurs mesures seront prises pour réduire l’opposition de la population :

  • On crée des collèges somptueux (médersa) dans la Médina pour affaiblir le pouvoir religieux des grandes mosquées hostiles au pouvoir. Des étudiants pauvres des confins du royaume viennent s’y former sous le généreux mécénat du sultan. Ils deviendront des citoyens et fonctionnaires reconnaissants et fidèles.
  • La découverte du tombeau du fondateur Idriss ben Abdellah est une bonne raison pour déplacer les Juifs de la Médina à l’ancienne garnison du Mellah. 1 pierre, 2 coups : Le nouveau lieu saint sera préservé d’infidèles mais surtout le roi divisera le pouvoir des marchands de Fès en gardant les Juifs sous sa coupe. ???? Wattassides ou Mérénides ?

C’est l’âge d’or de Fès, la reconquête de Grenade par les Chrétiens poussent les musulmans vers la ville avec leur savoir faire en héritage.

Fès deviendra la dépositaire de la culture arabo-andalouse en architecture, en musique et en cuisine notamment.

 

Le déclin de Fès

Sous les Ouattassides (ou Wattassides), Fès décline et en 1522, Fès souffrit d’un terrible tremblement de terre.

Les Saadiens lui préfère Marrakech comme capitale où ils construiront le Palais El Badi. Méfiant vis à vis de la population, la nouvelle dynastie ceinturera Fès de forteresses.

Sous les Alaouites, Fès redevient la capitale un temps. Puis c’est temporairement le tour de Meknes. Sous le protectorat français, de nombreuses rebellions indépendantistes éclatent et contestent le pouvoir du sultan : Rabat plus sûr devient la nouvelle capitale.

 

 

Quartiers de Fès

La ville de Fès s’articule autour de 3 grands quartiers. La médina est la vieille ville arabe, elle se subdivise en Fès El Bali et Fès Jdid. La Nouvelle Ville fût construite pendant le protectorat français et ressemble à un quartier européen avec des avenues plus larges et une organisation structurée de l’espace.

 

Fès El Bali, la vieille médina

La Médina de Fès est une des quartiers du monde musulman les mieux conservés au monde. Sa physionomie n’a quasiment pas changé depuis le 12e siècle !

 

Dans la Médina, la vieille ville de Fès - Photo de Pablo Pecora

> Dans la Médina, la vieille ville de Fès au Maroc – Photo de Pablo Pecora

 

Les médinas se caractérisent par une grande mixité d’activités humaines. Elles forment un espace où viennent se juxtaposer les fonctions résidentielles, économiques, sociales et culturelles :

  • Dans les quartiers commerçant du souks, des placettes permettent d’étaler les produits et de conclure les ventes.
  • Les zones résidentielles au contraire s’étendent à l’abri de murs sans fenêtres, au fond d’ impasses autour de cours et de jardins invisibles depuis la rue.
  • Dans les quartiers industriels, le bruit des tisserands, des forgerons, des cordonniers se dispute l’attention à l’odeur des huiles du meunier ou des peaux du tanneur ou à cet âne qui passe.
  • Parmi les artisans de la Médina, vous trouverez : Menuisier, tanneur, chaudronnier, forgeron, sellier, maroquinier, fabricant de soufflet, d’alambic, démasquineur, boulanger, boucher… L’inverse d’une ville musée.

 

L’urbanisme médinal, inventé au Moyen Âge, est souvent considéré comme portant en lui les concepts les plus actuels en matière d’environnement (architecture bio-climatique, ville piétonne, densité élevée, compacité, faible impact environnemental, etc.), à l’instar des villes médiévales d’Europe ou d’Asie.

 

Toit de la Médina de Fès au Maroc (en hiver ?) - Photo de Alex Proimos

> Toit de la Médina de Fès au Maroc (en hiver ?) – Photo de Alex Proimos

 

 

S’orienter dans la Medina :

  • Utiliser une boussole et une carte. Toujours aussi efficace depuis que les Chinois l’ont inventé il y a près de 2000 ans.
  • Si vous êtes perdu, rejoignez une porte puis repérez-vous avant de repartir dans la Médina ou gagner une autre porte en prenant un taxi.
  • Descendez la pente et gagnez ainsi la rue principale de la Médina : Talaa Kbira. De la la place Bab Boujeloud d’un côté et la mosquée Karawiyne de l’autre.

 

 

Fès Jdid, la nouvelle médina

Cité administrative, hiérarchique où tout repose sur la volonté du monarque, où la tradition est de plaire au souverain et de lui attirer des faveurs.

Le palais à la façade austère fût construit pour recevoir de nombreuses ambassades étrangères et pour témoigner de la richesse de la dynastie de ne se visite pas.

grand terrain de manoeuvre militaire, le mechwar

Lieu de pouvoir

En 1443, l’infant Ferdinand du Portugal fût pendu nu et la tête en bas pendant 4 jours aux créneau de Bab es Seba.

 

Quartier arabe

Bab smarine, marché d’alimentation

Mosquée Al Azhar

Quartiers de serviteurs du sultan, des petites gens, oubliés des restauration en cours sous l’égide de l’Unesco.

 

Quartier Juif ou Mellah de Fès

 

Il s’agit du plus ancien quartier juif du Maroc (1438). Il se situe dans Fès Jdid sur l’ancien quartier des archers syriens du sultan. Un quartier de garnison de 7 hectares et une seule porte dans la fortifications pour entrer et sortir. A l’intérieur une ville autonome avec ses lieux de cultes, son cimetière, ses ateliers de tissage, de confection, ses fours à pains, ses commerces, bains… Les Juifs vécurent ainsi repliés sur eux mêmes sous la protection du roi, à l’abri des vexations possibles.

Si tous les métiers étaient représentés, la principale industrie étaient celle de l’or dont les Juifs avaient le monopole en contrôlant la filière du minerai brut au produit fini : Bijoux, feuilles et fils d’or pour damasquineurs, relieurs ou stylistes.

Cette spécialisation faisaient des Juifs les fournisseurs de la cour et aussi les batteurs de monnaie. Ce rôle prestigieux, lucratif et parfois même politique suscita des jalousies du côté des artisans et habitants de la Médina.

A noter que les Juifs jouaient un rôle secondaire dans la vie économique de la cité fassie. Situation exceptionnelle en Afrique du nord où leur rôle était prépondérant dans le commerce avec l’Europe des villes de Tunis, Alger, Oran et Tanger au moins jusqu’à la 2e guerre mondiale.

Dès les années 1930, le roi Mohammed V avait ouvert les portes du Maroc aux juifs d’Europe refusant lors du régime de Vichy de répondre aux lois raciales antijuives. Dans les années 1950/1960, les Juifs Marocains gagnèrent Israel.

 

Dans le Mellah, vous trouverez deux synagogues pour les deux communautés juives ayant vécu dans le quartier :

  • Les Tochavim, présents en Afrique du Nord depuis l’Antiquité (soit des Berbères convertis soit des Juifs palestiniens) et
  • Les Megorachim arrivant d’Espagne. Le Rabbin Danan est issue d’une lignée de talmudiste ayant quitté Grenade.

La rue Bou-khessissat est la plus belle rue de Mellah avec ses maisons alignés avec des balcons ouverts sur l’extérieur. Là où les maisons arabes sont ouvertes sur l’intérieur.

 

 

Quartiers à éviter à Fès ? Certains quartiers ont moins bonne réputation parmi lesquels : Jnanate, Bab Ftouh, Sidi  Boujida, Douar Texas, Aouinate El  Hejjaj, Aïn Nokbi…

 

 

Hébergement de Fès

Voici nos suggestions d’hébergement pour loger à Fès de l’auberge de jeunesse pas chère à d’hôtel abordable au riad de charme.

 

  • Dar Rabha : Une auberge de jeunesse à 8 euros la nuit en dortoir. Bien situé et pas cher.
  • Funky Fès : Une auberge de jeunesse très agréable et chaleureuse avec un personnel très serviable. 10 euros la nuit en dortoir.
  • Dar Jannat : Une auberge de jeunesse avec la nuit en dortoir pour 12 euros. Simple et propre.
  • Dar Tamo : Un hôtel beau, chaleureux et agréable à 25 euros la chambre double.
  • Riad Noujoum Medina : Un riad agréable à petit prix dans la vieille ville de Fès à 25 euros la chambre double. Parking à proximité.
  • Dar Nejma : Un hotel pas cher, agréable et propre à partir de 29 euros la chambre double. Bon rapport qualité/prix.
  • Riad Louna : Beau bed and breakfast avec un patio luxuriant et des belles chambres. Bon petit déjeuner et accueil très agréable. Très bon rapport qualité/prix à 30 euros la chambre double.
  • Riad Ibn Khaldoun : Un riad avec une superbe terrasse, un beau patio et des chambres confortables. Dans le sud de la Médina. A partir de 44 euros la chambre double.
  • Riad Sara : Un riad avec beaucoup de charme bien placé dans la Médina. A partir de 53 euros la chambre double.
  • Riad Rcif & Spa : Un sublime riad ambiance 1001 nuits avec une terrasse surplombant les toits de la Médina de Fès. A partir de 65 euros la chambre double.
  • Palais De Fès Dar Tazi : Un palais superbe avec une magnifique terrasse et une cuisine délicieuse. Un des plus beaux riads de Fès pour 75 euros la nuit.

 

 

Vue panoramique de Fès

Si Marrakech est une ville plate coiffée par les montagnes de l’Atlas. Fès offre de nombreux points de vue naturels et construits pour admirer sa physionomie.

 

Vue panoramique sur la Médina de Fès - Photo de Michal Osmenda

> Vue panoramique sur la Médina de Fès – Photo de Michal Osmenda

 

 

Pour admirer la vue sur la Medina rendez-vous aux forteresses de Borj Nord et Borj sud construites sur les collines autour de la vieille ville. Autre possibilité toujours au nord : Le tombeau des Mérénides. 

  • Du nord, vous découvrirez un panorama de plaines ondulées et de montagne. La ville est rousse, brunes, grises et si calme vue d’en haut.
  • Du sud, la ville est blanche sur en toile de fond la montagne du Zalagh à 800 mètres d’altitudes.

 

Quelques salons de thés ou hôtels de luxe proposent des terrasses sur les toits avec une vue incroyable :

  • C’est le cas du Sofitel Palais Jamai (Bab Guissa, Fes).
  • Dar Pacha Tazi. Plusieurs bassins, fontaines et de nombreuses espèces d’arbres plantées figurent les orangers, les pins d’Alep, le palmier dattier, les cyprès, le laurier dans le jardin. Rendez-vous sur la terrasse pour une vue incroyable de Fès.
  • Palais Mnebhi. Un magnifique palais transformé en restaurant où apprécier la cour et la vue depuis la terrasse.

 

 

Monuments de Fès

Fès est l’une des villes les plus anciennes et les plus monumentales du monde arabe.

 

Bab Bou Jeloud, porte de la Médina de Fès. Photo de Bjørn Christian Tørrissen.

> Bab Bou Jeloud, une des portes de la Médina de Fès. Photo de Bjørn Christian Tørrissen.

 

 

Visites interdites au non-musulmans

Le monument au fondateur de Fès, Moulay Idriss II et les mosquées ne peuvent être visiter que par les Musulmans. Ce qui peut être incompréhensible pour celles et ceux qui non-musulman ont pu visiter d’autres mosquées à Istanbul ou ailleurs. La décision date de l’époque du protectorat français.

Lyautey, conservateur monarchiste et catholique cherche à renforcer la légitimité du sultan en proie à plusieurs rebellions dans le pays. La solution de Lyautey est de renforcer le caractère traditionnel de la société marocaine soudé autour de son roi… protégé des Français.

 

À Marrakech, le caïd El Glaoui et son frère reçoivent la croix de la Légion d'honneur des mains du général Lyautey en 1912.

> À Marrakech, le caïd El Glaoui et son frère reçoivent la croix de la Légion d’honneur des mains du général Lyautey en 1912.

 

 

D’autres lois datent de cette époque comme l’interdiction officielle de la vente d’alcool aux musulmans ou la répression de la rupture publique du jeûne pendant le mois de ramadan…

 

 

Sanctuaire de Moulay Idriss

Le sanctuaire de Moulay Idriss est l’endroit le plus sacré de Fès.

 

Sanctuaire de Moulay Idriss à Fès - Photo de Mr. Granger.

> Sanctuaire de Moulay Idriss à Fès – Photo de Mr. Granger.

 

 

La tombe du fondateur de la ville et descendant du prophète Mahomet est l’objet d’hommage et d’offrandes. C’est ici que s’exprime la piété populaire teinté de superstitions. De nombreux fidèle s’y pressent toute la journée pour obtenir la « baraka », c’est à dire la chance émanant du lieu.

Le sanctuaire fût même un lieu d’asile d’où les criminels (petits ou grands) ne pouvaient être chassé par les autorités.

La visite du lieu est interdite pour les non musulmans mais vous pourrez en voir une partie de l’intérieur depuis la porte des femmes.

 

L’univers mental des femmes est différent de celui des hommes plus instruit en islam. On y trouve plus de superstitions, des croyances d’avant l’islam, ou empruntés à l’Afrique noire par les esclaves, des éléments pris à la kabbale juive auquel il faut ajouter le culte des saints et des saintes musulmans.

 

 

Mosquées à Fès : Mosquée Karaouiyne et les autres

La mosquée Karaouiyne est la mosquée autour de laquelle la Médina s’est construite. A l’opposé du sanctuaire, la mosquée des Karouanais représente la science islamique avec ses érudits, son orthodoxie. C’est la mosquée du vendredi où les musulmans se rejoignent pour une prière commune.

Construite en 1144, elle peut accueillir jusqu’à 20 000 fidèles sous ses 16 nefs soutenues par 270 colonnes finement décorées.

Les non musulman pourront en découvrir la richesse à travers des portes.

 

Les autres mosquées de Fès :

  • Mosquée et zaouia Sidi Ahmed Tijani. Le théologien et fondateur de la confrérie Tijaniyya atteigna une large audience en Afrique de l’Ouest (Sénégal, Nigeria, Niger, Mali et Mauritanie), grâce notamment aux voyages de ses compagnons visant à propager cette branche de l’islam. La visite de la mosquée est réservée aux musulmans. Adresse :

 

 

Médersas de Fès : Bou Inania et les autres

La Medersa Bou Inania est achevée en 1357 : C’est la seule madrasa de Fès à posséder un minaret.

 

Medersa Bou Inania de Fès - Photo de Salah Ghrissi

> Medersa Bou Inania de Fès – Photo de Salah Ghrissi

 

A la fois école et mosquée, c’est l’un des rares établissements religieux du Maroc à être accessible aux non-musulmans. Construite dans les années 1350, elle a été magnifiquement restaurée et ses panneaux de cèdre sculptés et ses sols carrelés aux motifs géométriques sont une merveille.

Comme l’islam interdit l’art figuratif, il n’y a ni statues ni images à l’intérieur. Cela ne veut pas dire que le lieu n’est pas riche en symbolisme. Les couleurs des dalles et des mosaïques sont chargées de sens : le bleu représente Fès, le vert et le blanc, l’islam, le rose, Marrakech, la ville rivale, et le noir et le jaune, le mauvais œil.

 

Salle de prière, médersa Bou Inania (XIVe siècle), Talaa Kbira, médina de Fès el Bali, Fès, Maroc. Photo de Bernard Blanc

> Salle de prière, médersa Bou Inania (XIVe siècle), Talaa Kbira, médina de Fès el Bali, Fès, Maroc. Photo de Bernard Blanc

 

 

Les autres medersas de Fès :

  • Médersa es Seffarine, sur la place du même nom, il s’agit de la première medersa crée au Maroc en 1280. Toujours en activité, elle offre une vue intéressante depuis sa terrasse.
  • Médersa Attarine construite en 1325. Chef d’oeuvre mérinide, rendez-vous sur la terrasse pour en apprécier la cour.
  • Médersa Cherratine, construite en 1670.
  • Médersa es Sahrij.

 

 

Madrasa Al-Attarine construite à Fès par Uthman II Abu Said en 1323-1325. Photo de just_a_cheeseburger

> Madrasa Al-Attarine construite à Fès par Uthman II Abu Said en 1323-1325. Photo de just_a_cheeseburger

 

 

Université Al Quaraouiyine

L’université de Fès l’une des plus anciennes universités au monde avec celle de Bologne en Italie.

 

Université Al-Karaouine à Fès - Photo de Leitmotiv.

> Université Al-Karaouine à Fès – Photo de Leitmotiv.

 

 

La fondation de la mosquée à laquelle s’ajoutera l’université date de 859. Elle est l’oeuvre de Fatima al-Fihri, fille d’un riche homme d’affaires immigré de Kairouan (aujourd’hui en Tunisie).

L’Université de Fès forme dès le 11e siècle à plusieurs disciplines religieuses et profanes : Théologie, jurisprudence, philosophie, mathématiques, astrologie-astronomie, sciences de la langue…

Aujourd’hui, l’université moderne dispense ses cours dans des bâtiments autour de la Médina. Les études sont fortement orientées vers la religion, la littérature et le droit (étude de la théologie islamique) et les langues dans une moindre mesure.

 

 

Bab Boujloud, les portes et fortifications de Fès

Fès fût pendant des siècles une ville riche et convoitée. Encaissée dans une cuvette, la Médina s’entoura de fortifications.

 

Carte des enceintes et des fortifications de Fès, Maroc. Photo de Omar-toons

> Carte des enceintes et des fortifications de Fès, Maroc. Photo de Omar-toons

 

 

Des remparts d’environ 2m d’épaisseur pour 7m de hauteur en moyenne, fortifiés de tours et d’un chemin de ronde protégé d’un parapet surmonté de merlons, englobant au total une superficie de plus de 1000ha.

De nombreuses portes (fermées la nuit) reliaient Fès au monde extérieur. La plus célèbre est la porte de Bab Boujloud.

 

Porte Bab Bouyelord à Fès par le photographe Georges-Louis_Arlaud vers_1925.

> Porte Bab Bouyelord à Fès par le photographe Georges-Louis Arlaud vers 1925.

 

Plusieurs brèches ont été aménagées au 20e siècle pour permettre la circulation entre la Médina et la Nouvelle Ville. 

 

 

Palais de Fès

Palais El Glaoui, ancien palais dont on devine la grandeur. L’entrée sert à financer sa rénovation (25 DH). Adresse :

Palais Mnebhi, C’est ici que le traité de Protectorat entre la France et la Maroc a été signé. D’ailleurs, en 1912, le général Moinier puis le maréchal Lyautey y ont habité.
Le sol du grand patio est recouvert de zelliges. Deux fontaines, l’une en marbre et l’autre en zelliges, attirent le regard. Les grandes pièces au rez-de-chaussée sont ornées de plâtre et de bois peints. Le lieu, entretenu avec attention, est ouvert à la visite. Monsieur Ahmed Sentissi,
descendant de la famille propriétaire du palais depuis l’indépendance, veille aux moindres détails.

Adresse : 15 rue Souiket Ben Safi.

 

 

Synagogues de Fès

La Synagogue Aben Danan date du 17e siècle. Elle se trouve dans le Mellah, l’ancien quartier juif de Fès et fût en activité jusqu’en 1969.

 

Minuscule mais charmante, elle est ouverte aux visiteurs. L’entrée se fait par une simple porte que rien ne distingue de celles des maisons voisines et qui ne prépare en rien à ce qui se trouve à l’intérieur.
Elle est décorée de carreaux bleus aux motifs marocains simples mais beaux, de stuc sculpté et de poutres de bois peint. On peut également visiter des bains souterrains qui servent aux rituels. Comptez 20 DH (2 euros) la visite.

La synagogue Slat Al Fassiyine. Sur la plus ancienne rue du mellah, au fond de l’impasse Tissa, se trouve la synagogue de rite tovachim, Slat Al Fassiyine. Elle a été fermée en 1971 et fut un temps transformée en salle de boxe. Le responsable, de confession musulmane, avait tout conservé et il allumait un cierge le vendredi, en respect au lieu qui demeurait sacré à ses yeux. Cette synagogue à l’architecture aérée, composée d’arches, de zellige polychrome, de plâtre sculpté, a été restaurée à l’identique, après deux ans de travaux, sous le patronage du roi Mohammed VI, grâce à l’appui financier de l’Allemagne et par la volonté d’un homme très engagé sa vie durant, Simon Lévy.

 

En savoir plus : http://www.courrierinternational.com/article/maroc-fes-cette-ville-qui-ne-ressemble-aucune-autre

 

 

Tanneries de Fès

C’est l’une des cartes postales de Fès. Même si vous en trouverez aussi des moins spectaculaires tanneries à Marrakech.

 

Tanneries traditionnelles de Fès - Photo de Bernard Gagnon

> Tanneries traditionnelles de Fès – Photo de Bernard Gagnon

 

 

Les tanneries sont toujours en activité. Cela reste un lieu désolant. L’odeur est forte, prévoyez un bouquet de menthe et préférez les chaussures fermées et en cuir.

Pour les visiter vous devrez payer un « guide » entre 5 et 10 dirhams (en fonction de votre pouvoir de négociation). Si vous ne tenez pas à payer, vous pouvez toujours chercher un point de vue depuis les magasins à côté. Dans un cas comme dans l’autre, on appréciera de vous soulager d’un peu d’argent. L’amour et l’eau fraîche, c’est agréable avec un peu d’argent.

Enfin la visite est plus agréable le matin surtout en été.

 

Musées de Fès

Il y a quelques musées à Fès tournée vers le génie de ses artisans au fil des époques.

 

Chat au repos devant la porte du Musée Nejjarîn des Arts et Métiers du bois à fès - Photo de Salah Ghrissi

> Chat au repos devant la porte du Musée Nejjarîn des Arts et Métiers du bois à Fès – Photo de Salah Ghrissi

 

 

Le musée Dar Batha de l’artisanat de Fès

Le musée de Dar Batha est un musée d’art et d’artisanat de Fès. Il se trouve dans un palais construit dans le style arabo-andalou en 1909.

Vous y découvrirez de superbes pièces :

  • Les arts du livre avec les reliures en cuire et en or typique de Fès lorsque la ville fut un centre intellectuel dans le monde musulman au 17e siècle.
  • Vous y verrez l’une des plus belles collections de faiences marocaines décorées de fleurs, de calligraphies ou de motifs géométriques. Vous pourrez y apprécier le bleu de Fès, une poterie bleue utilisant du cobalt,
  • Des lustres et des plateaux en cuivres
  • Des coffres en bois construits à l’aide de cèdre, d’acajou, de citronnier…
  • Des ceintures, des tapis richement brodés.
  • Des portes et des zelliges.

Dommage que la muséographie soit vieillotte et que les explications soient si succinctes.

Le jardin est un délice de style arabo-andalou : Palmiers, hibiscus et jacarandas entourent le clapotis de la fontaine.

Le musée se trouve en face de la plus belle médersa de Fès (du Maroc ?) : La Médersa Bou Inania.

 

Adresse : 5, Place Batha Oued Fejjaline, Fès, Maroc. Site internet, accès, horaires et tarifs : http://www.fnm.ma/musee-al-batha-de-fes/

 

 

Musée fondouk Nejarrine des Art et Métiers du bois à Fès

Construit en 1711, le fondouk Nejarrine servait de centre commercial et d’entrepôt. Il abrite aujourd’hui le musée des Art et Métiers du bois dont l’objectif est à la fois de montrer le patrimoine artistique et artisanale lié aux métiers du bois mais aussi à encourager la sauvegarde des savoir-faire.

  • On vous y présentera les différentes bois utilisés : Cèdre, thuya, noyer, eucalypsus…
  • Vous verrez divers outils et réalisations comme de magnifiques portes scupltées.

Sur la terrasse au dernier étage se trouve un agréable salon de thé avec une belle vue sur les toits de la Médina.

 

La fontaine Nejarrine sur la place devant le fondouk est l’une des plus belles fontaines publique de Fès.

 

Musée des armes de Borg nord à Fès

Dans une ancienne fortification (ex caserne et ex prison) au sommet de la colline du nord de Fès, vous trouverez une musée avec un collection d’armes du Maroc et de l’étranger.

 

Centre culturel Kassr Annoujoum

Le Kassr Annoujoum (Palais des rencontres des Cultures) est un centre culturel italo-marocain. Il conserve une importante collection d’œuvres d’art de différents pays du monde et des évènements, concerts, expositions ou colloques s’y déroulent régulièrement (notamment pendant le festival de musique sacré de Fès). Il est aussi considéré comme un des riads les plus raffinés de Fès. Adresse : الزربطانة, Fes, Maroc

 

Musée Belghazi

Une collection privée de l’artisanat fassi dans un somptueux riad de la ville : Au programme des bijoux et des costumes notamment. Adresse : 19 Derb El Ghorba, Guerniz El Bali, Fes, Maroc

 

 

Parcs de Fès

Les parcs publics sont rares à Fès la relation avec la nature se cultivant dans le cadre privé des riads pour certains ou lors de séjour à la campagne pour la grande majorité des autres.

 

Le parc de Jnan Sbil à Fès au Maroc.

> Le parc de Jnan Sbil à Fès au Maroc.

 

 

Les jardins et potagers occupaient jusqu’en 1900 une part plus importante de la Médina. Les abords des remparts étaient des espaces verts où l’on venait pique-niquer et de nombreux potagers faisaient le bonheur des jardiniers du côté de la rive des Andalous.

Riad vient de l’arabe « jardin ». Initialement les maisons traditionnelles accueillent dans leur patio fontaine et jardin, pieds de vigne, de jasmin, oranger ou citronnier.

 

Voici les étapes d’un circuit « Palais et jardin Andalou » pour découvrir de beaux coins de verdure.

 

Carte de Palais et jardins andalous à Fès : A suivre le tracé en vert.

> Carte de Palais et jardins andalous à Fès : A suivre le tracé en vert.

 

 

1. Le parc de Jnan Sbil. Pas moins de 3000 espèces de plantes sont réparties sur 7,5 hectares à travers plusieurs jardins thématiques : Jardin andalou, mexicain, la bambouseraie… Le jardin crée au 18e siècle est progressivement tombé dans l’oubli, récemment rénové, il a été ouvert au public en 2011 sous l’égide du Roi Mohamed VI.

Voilà un havre de paix et de verdure à côté de la Médina, minérale et bouillonnante. Vous y verrez de beaux spécimens d’arbres, différents pins, belombras et autres muriers détaillés dans l’article d’un passionné de beaux arbres.

2. Musée Batha. Le beau musée d’artisanat de Fès et le délicieux jardin arabo-andalou. Adresse : 5, Place Batha Oued Fejjaline, Fès, Maroc
3. Dar Pacha Tazi. Plusieurs bassins, fontaines et de nombreuses espèces d’arbres plantées figurent les orangers, les pins d’Alep, le palmier dattier, les cyprès, le laurier dans le jardin. Rendez-vous sur la terrasse pour une vue incroyable de Fès. Adresse : 15 Makhfia Ercif à côté du cinéma Amal Fes 30200, Maroc
4. Centre international de promotion de l’artisanat. Un petit jardin mais une belle variété de plante : Citronnier, bigaradier, pêcher, poirier, laurier rose, cierges,etc.
5. Palais Abdeslam Moqri. 3 jardins avec des fontaines, bassins, rigoles, bancs et une belle collection d’arbres et de fleurs : Cyprès, grenadiers, bigaradiers… Ce palais offre un panorama intéressant de Fès. Adresse : 34, Palais Elmokri, Ziat, Fès 30000, Maroc
6. Riad Driss Moqri. Une terrasse paisible et agréable avec une fontaine centrale et des arbres : néfliers, mandariniers et figuiers.
7. Dar Adiyel. Un magnifique palais du 18ème avec une belle cour.
8. Palais Mnebhi. Un magnifique palais transformé en restaurant où apprécier un thé à la menthe dans la cour et la vue panoramique depuis la terrasse.
9. Dar Ba Mohammed Chergui. Jardin de 650m² avec trois fontaines en marbre et des agrumes plantées dans des jardinières en forme d’étoiles : Le Citrus limonum (citronnier) et le Citrus nobilis (mandarinier).
10. Jardin Ain Azliten. Un des plus anciens jardins de la Médina, pas nécessairement le plus beau ou agréable.

 

Voici une listes des jardins privés où l’on peut chercher la réconfortante et apaisante présence de plantes :

  • Jardin des Biehn. Le jardin d’un riad, maison d’hôtes, hamman et restaurant. http://www.jardindesbiehn.com 
  • Riad Louna, un belle guesthouse avec un patio verdoyant et un bon endroit où manger. Adresse : 21 Derb Serraj Fes 30100, Maroc & http://riadlouna.com/
  • Voir côté porte Sidi Bou Jida, porte de fer, porte de guissa.
  • Voir près de a zawiya des chorfa d’Ouezzane.

 

L’ouverture d’un jardin botanique est prévue à Fès… un jour prochain.

 

 

Hamman et thermes

A côté des soins destinés aux touristes (et généralement chers), il existe quelques options plus locales, moins étincelantes de beauté mais toujours aussi agréables.

Le bain est une obligation rituelle dans l’Islam, seule les demeures les plus riches disposaient d’un bain particulier, pour tous les autres c’était hammam ! Les horaires différents permettent aux hommes et aux femmes de fréquenter les mêmes lieux.

Les grands hôtels ou riads proposent des hammans luxueux. Des hammans de quartier permettent de se relaxer à moindre coût.

 

Quelques conseils pour profiter du hammam :

  • Prévoyez un sous-vêtement de rechange. La majorité gardent leur sous-vêtement pendant leur séance.
  • Et une serviette aussi pour vous sécher.
  • Vous pourrez acheter sur place : Savon noir, gant, eau minérale (pour éviter la déshydratation) et gel douche pour l’après hammam.
  • Puis gagnez la pièce la plus chaude, trouvez un ou plusieurs récipient pour l’eau chaude, remplissez le et arrosez/nettoyez l’espace où vous souhaitez vous installer.
  • Mouillez-vous et relaxez-vous.
  • Après une 10-aine / 15-aine de minutes, les pores de votre peau se seront ouverts et vous pourrez vous badigeonner de savon noir.
  • Conservez le savon noir quelques minutes puis frottez-vous avec le gant. Trouvez quelqu’un pour vous frotter le dos.
  • Rincez-vous à l’eau claire.

 

Adresses à venir !

 

Où manger à Fès

Fès n’est pas seulement la capitale spirituelle et culturelle du Maroc, c’est aussi sa capitale gastronomique.

 

Pastilla au poulet, plat typique de Fès au Maroc - Photo de Drea de Vancouver.

> Pastilla au poulet, plat typique de Fès au Maroc – Photo de Drea de Vancouver.

 

 

Spécialités de Fès

A côté des couscous, méchouis et tajines, voici quelques spécialités marocaines originaires de Fès :

  • La pastilla est un plat constitué d’une sorte de feuilleté, à base d’oignon, de pigeons, de persil, de coriandre, d’œuf dur et d’amandes, mélange de sucré et de salé parfumé à la cannelle.
  • Le khliî est une viande de boeuf (ou pas) séchée et épicé pouvant être conservée des mois. Vous pourrez en trouver notamment sur la place Smine près du lieu de la confrérie des Tijani.
  • Les briouates sont des triangles à base d’amandes grillées, sucre, eau de fleur d’oranger et cannelle. Voici une pâtisserie typique de Fès.

 

Snacks et restaurants

L’option « nourriture de rue » (« street food ») est la meilleure option pour bien manger pas cher. Dans les restaurants vous mangerez souvent la même chose pour deux fois plus cher. Il y a peu d’options intermédiaires entre les petits troquets et les grandes tables de luxueux riads.

Le quartier autour de Bab Boujeloud dans la Médina reste l’endroit le moins cher où manger.

  • Snack Omar. Savoureux et pas cher. Tajines, Pastilla et Meschwi à des prix marocains. Rue de la Poste.
  • Famille Restaurant Berrada. Un restaurant familial, accueillant, bon et pas cher. Entre la porte Bab Guissa et la mosquée Zaouia Sidi Ahmed Tijani.

Autres options de restauration plus chère :

  • Le Palais de Fes (Dar Tazi ), une des meilleures tables et des meilleures vues sur Fès. Le repas est à 350 DH (35 euros). http://palaisdefesdartazi.com/
  • The Ruined Garden, restaurant romantique entre jardin et ruine. Adresse : 15 Derb Idrissy Sidi Ahmed Chaoui Medina 30110, Siaj, Fes, Maroc. https://www.facebook.com/riadidrissy

 

 

Cafés, bars et où sortir à Fès

La majorité des bars de Fès se trouve dans les hôtels. Fès est une ville traditionnelle où la consommation d’alcool ou pire l’ivresse publique sont très mal vu. J’espère que vous aimez les jus de fruits et les thés à la menthe 🙂

 

 

Sur le toit du café Clock de Fès.

> Sur le toit du café Clock de Fès.

 

 

Un café Clock à Marrakech est un endroit très agréable où boire un jus d’orange et manger un bout.


 

Shopping et souk à Fès

Rendez-vous dans les nombreux souks de la Médina de Fès pour une expérience inoubliable.

 

Artisanat à Fès - Photo de Bachmont

> Artisanat à Fès – Photo de Bachmont

 

 

Les souks sont organisés par types de produits. Les souks les plus luxueux (Kissaria) sont les plus proches de la Grande Mosquée, on trouve d’abord les orfèvres et les marchands d’objets précieux (soierie, puis loin les vendeurs de produits usuels (alimentation, beauté, épices).

Les prix ne sont pas affichés et la négociation est la méthode pour vendre et acheter. Quelques conseils et prix pour éviter la frustration.

 

La Kissariat (ou qissariya), marché couvert historique situé près du mausolée de Moulay Idriss s’étale sur 4.000 m², 560 magasins et 12 souks. Il est en rénovation en 2017.

Au Souk au hénné (ou souk El Henna), vous trouverez les produits cosmétiques, teintes et colorants naturels. Vous pourrez y acheter du hénné pour le soin des cheveux ou des mains, du khol pour noircir vos yeux, du rassoul (ou ghassoul) pour vos cheveux et votre peau, des gants de crin, savoir noir et eau de rose. Vous y trouverez aussi de la poterie. Oui cela n’a rien avoir.

 

Les souks les plus touristiques sont :

  • Le Souk Jeld est marché des produits en cuir pour acheter : Portefeuilles, poufs, chaussures, sandales…
  • Le Souk Attarine est le marché des épices et des parfums,
  • Le Souk Serrajine : Le marché des babouches par excellence,
  • Le Souk Nejjarine : Pour les meubles et les objets en bois de cèdre. A proximité vous trouverez le musée des métiers du bois et de l’artisanat (voir musée).

 

Parmi les marchés un peu moins touristiques :

  • Le Souk Haïk est le marché des tissus, de la laine, du coton pour la confection des djellabas, des haïks (vêtement féminin recouvrant tout le corps) et autres vêtements traditionnels,
  • Le Souk R’Cif est un marché alimentaire où acheter fruits, légumes, viande et poisson. Si vous avez la chance de pouvoir cuisiner lors de votre séjour à Fès,
  • Le Souk Mejjadliéne est le marché des ceintures traditionnels et des tapis.
  • Le Souk des pigeons : chaque vendredi après-mi (et dimanche matin ?), ce souk vous propose d’acheter des oiseaux. Oui, bon d’accord vous n’achèterez peut être pas d’oiseaux. devant la porte de Guissa.
  • Le Souk Marqtane (Souk laghzal ) : Pour acheter de la laine filée et aussi des vieux objets ???? vieilleries .

 

Des criées avaient/ont lieu dans les anciens entrepôts (ou fondouk) :

  • Criées des peaux tannées à la fondouk el-Jeld,
  • Criées de fruits secs à la fondouk ez Zbib

 

Attention aux faux guides qui vous emmèneront dans une boutique pour espérer toucher une commission sur les produits qu’on essaiera de vous vendre.

 

 

Comment venir à Fès

Aéroport international Fès Saïss se trouve à 15 km du centre de Fès.

Prenez la ligne 16 du bus (4 DH ou o,5 euros) pour rejoindre la Nouvelle Ville. Au retour, trouvez sur la gauche de la gare le troupe de touristes avec des valises. L’arrêt n’est pas indiqué et les horaires ne sont pas disponibles.

Le taxi coûte environ 15 euros la course. Pensez à valider avec le chauffeur le prix avant de commencer votre trajet.

 

La gare ferroviaire de Fès Ville se trouve au nord de la Ville Nouvelle. Des trains relient :

  • Rabat en 2h30 et 75 dirhams (7 euros) en seconde classe.
  • Casablanca, comptez près de 4h et 110 dirhams (11 euros) en seconde classe.
  • Tanger est accessible en 4h30 et 110 dirhams (11 euros) en seconde classe.
  • Marrakech en 7h15 minutes et coûte 195 dirhams (20 euros) en seconde classe.

A savoir : L’été la 1ere classe offre plus de confort avec notamment la climatisation.

 

Il y a deux gares routières à Fès :

  • La principale se trouve au nord de la Médina près de la porte Aïn zleten. Elle couvre un plus grand nombre de trajets.
  • La gare CTM plus moderne se trouve dans la Nouvelle Ville. La majorité des bus CTM (Compagnie de Transport du Maroc) relient la principale à la gare CTM avant d’aller plus loin dans le pays.

En savoir plus sur les horaires, tarifs et connexions : http://www.ctm.ma

 

 

Quand venir à Fès ?

Hiver brulant et hiver frais voire froid, Fès se visite agréablement au printemps et à l’automne.

Les mois les plus agréables pour visiter Fès sont fin mars, avril (c’est le moment de la cueillette de la fleur d’oranger), mai et octobre, fin mars et début novembre.

Températures et précipitations par mois à Fès (Maroc).

> Températures et précipitations par mois à Fès (Maroc). Source : Wikipedia.

 

 

Informations pratiques

 

Il n’y a pas de toilettes publiques dans la Vieille Ville de Fès aussi pensez à visiter les cabinets d’aisance lorsque ceux-ci se présentent.

Idem pour les distributeurs de billets, il y en a quelques un mais il est préférable de retirer avant de gagner la Médina. Si vous avez une somme d’argent importante sur vous, pensez à la répartir entre plusieurs endroits.

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Maciej

Maciej

J’aime me perdre à la recherche d’endroits surprenants.

Plus de Autour de Marrakech

2 réponses

  1. Naïma dit :

    Merci pour ce riche article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *