Podgorze, « nouveau » quartier « alternatif » de Cracovie après la Vistule

Podgorze n’a ni la beauté de la Vieille ville, ni le charme de Kazimierz mais des loyers moins chers, des bars et quelques histoires  racontées à travers de musées intéressants.

Eglise Saint Joseph sur le Rynek de Podgorze. Ville indépendante puis quartier de Cracovie en 1915. Photo de Daniel.zolopa.

> Eglise Saint Joseph sur le Rynek de Podgorze. Ville indépendante puis quartier de Cracovie en 1915. Photo de Daniel.zolopa.

 

 

Le quartier de Podgorze se trouve au sud de Kazimierz, derrière le fleuve Wisla (Vistule en français).

Les loyers hors de prix dans la Vieille ville et dans Kazimierz poussent les étudiants et artistes à s’installer à Podgorze. Suivent les cafés, bars, clubs de jazz et galeries d’art – selon le schéma théorisé par Ruth Glass dans les années 60 pour le quartier d’Islington à Londres.

 

La quartier de Podgorze, au sud de Kazimierz à Cracovie. Derrière le fleuve Wisla.
> Le quartier de Podgorze, au sud de Kazimierz à Cracovie. Derrière le fleuve Wisla, ici au coucher du soleil.

 

 

Le mouvement de gentrification a commencé à Kazimierz il y a 20 ans et depuis quelques années, il se poursuit à Podgorze. Et tout pousse à croire qu’il va s’accentuer encore.

 

 

Le quartier de Podgorze aujourd’hui

 

Plusieurs musées ont ouvert à Podgorze : 

  • Le musée sur Cracovie pendant la 2e guerre mondiale,
  • Mocak, un musée d’art contemporain,
  • Cricoteka sur le metteur en scène Tadeusz Kantor.

Plus de street art sur les murs, plus de vélos dans les rues, plus de cafés sophistiqués, du yoga dans le grand parc du quartier en été. Tout ces signes qu’un terrible malheur va s’abattre sur le quartier.

 

Oeuvre de l'Italien Blu

> Oeuvre de l’Italien Blu « Never Follow » représentant les cloches de l’église s’adressant à une foule déshumanisée. Photo de Jason V @ Flickr.

 

 

Podgorze reste un quartier populaire à découvrir sans a priori. Moins polissé que les zones du centre, plus crade, moins souriant. Quoique.

 

Caravane décorée d'un Mickey dans le quartier de Podgorze à Krakow (Cracovie). Photo de Maciej Zygmunt @ Flickr.
> Caravane décorée d’un Mickey dans le quartier de Podgorze à Krakow (Cracovie). Photo de Maciej Zygmunt @ Flickr.

 

 

Plus vert aussi grâce au parc Bednarski et au tertre de Krakus. Un tertre est une colline de terre construite par l’homme servant de sépulture pour d’illustres personnages dans la religion paienne. Une pyramide de terre en quelques sortes.

Le tertre de Krakus, le fondateur légendaire de Cracovie, domine le quartier et offre une vue sur Cracovie. Le tertre de sa fille Wanda se trouve dans le quartier de Nowa Huta.

 

Le légendaire prince Krak avec le dragon mort en arrière plan. Dessin de Walery Eljasz-Radzikowski.

> Le légendaire prince Krak avec le dragon mort en arrière plan. Beau gosse. Dessin de Walery Eljasz-Radzikowski.

 

 

Polanski, Schindler et le ghetto de Cracovie

 

Lorsque les Nazis vident le quartier juif de Kazimierz de ces habitants, ils traversent le fleuve et créent le ghetto de Cracovie à Podgorze. Les Juifs serviront de main d’oeuvre corvéable à merci dans le camps de travail de Plaszow dont certaines ruines existent encore. Envahies par la végétation au pied du tertre.

 

Carrière Liban associé au camp de travail de Plaszow pendant l'occupation nazie. C'est le camp de la Liste de Schindler. Photo de Allie_Caulfield.

> Carrière « Liban » associée au camp de travail de Plaszow pendant l’occupation nazie. C’est le camp de la Liste de Schindler. Photo de Allie_Caulfield.

 

Certains Juifs seront sauvés par Oskar Schindler, industriel allemand dont Spielberg racontera l’histoire dans sa fameuse « Liste de Schindler ». D’autres seront sauvés par un pharmacien polonais dont le musée « Apteka pod Orlem » raconte l’histoire. La majorité mourront de maladie ou de malnutrition, exécutés sur place ou déportées à Auschwitz.

Des chaises vides sur la Place de Héros du Ghetto (Plac Nohatérow Getta) commémorent cette déportation. Avant de prendre le train pour être déporté vers le camp de la mort, les Nazis demandaient aux Juifs de prendre les affaires avec eux. Dans la précipitation de l’embarquement, la majorité de ces objets restaient à quai. Dont de nombreuses chaises.

Roman Polanski, le célèbre réalisateur polono-français vécut à Podgorze avant de s’enfuir avec sa famille devant les Nazis et trouver refuge en France.

 

Dans le musée de la Seconde Guerre Mondiale de Cracovie, reconstitution d'une chambre du ghetto avec ses fantômes. Photo de Jennifer Boyer.

> Dans le musée de la Seconde Guerre Mondiale de Cracovie, reconstitution d’une chambre du ghetto avec ses fantômes. Photo de Jennifer Boyer.

 

 

Dans l’ancienne usine Schindler, un musée bien fait retrace l’histoire de Cracovie pendant la seconde guerre mondiale. De nombreux documents d’époque (affiches, photos, videos) et des reconstitutions rendent hommage aux victimes des Nazis.

Sur le terrain de l’ancien camp de Plaszow, une statue monumentale représente des silhouettes têtes baissés et coeurs arrachées. En hommage aux victimes des Nazis. 

 

Dans l'ancien camp de Plaszow, le dos du monument dédiée aux victimes du fascisme, oeuvre de Witold Cęckiewicz. Photo de stephen frith @ Flickr.

> Dans l’ancien camp de Plaszow, le dos du monument dédiée aux victimes du fascisme, oeuvre de Witold Cęckiewicz. Photo de stephen frith @ Flickr.

 

Itinéraire
Dans notre itinéraire pour découvrir Cracovie en un week-end.

Enregistrer

Enregistrer

Maciej

Maciej

J'aime me perdre à la recherche d'endroits surprenants.

Plus de Quartiers de Cracovie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *